Search for content, post, videos

Dilnur Reyhan, présidente de l’Institut Ouïghour D’Europe, appelle à la solidarité

Dilnur Reyhan est enseignante à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). Elle est aussi une chercheuse, très engagée pour la cause ouïghoure. Elle nous explique son parcours, mais également les différentes façons de soutenir cette population persécutée par le gouvernement chinois, qui fait également souffrir la diaspora.

 

Le combat pour la sauvegarde de la culture ouïghoure

 

Dilnur a vécu toute son enfance dans la région ouïghoure. Elle quitte sa famille à 14 ans, afin d’étudier en Chine intérieure, dans une sorte de classe préparatoire. Elle souhaitait devenir médecin. Cependant, l’université de médecine de Shanghai n’était plus accessible aux étudiant·e·s issu·e·s des ethnies minoritaires. Malgré le fait d’être première de sa promotion, Dilnur a dû essuyer de nombreuses discriminations à l’emploi en raison de son appartenance ethnique et genrée. Elle a ainsi choisi de venir en France, à 21 ans. Elle explique que la migration ouïghoure était à l’époque estudiantine. Désormais, « de plus en plus de Ouïghour·e·s dans les pays européens demandent l’asile ». La jeune femme est finalement devenue docteure en sociologie, consacrant ses travaux à la diaspora ouïghoure. En 2009, elle avait d’ailleurs créé Oghouz. Il s’agit d’une association étudiante, apolitique ainsi qu’areligieuse, visant à promouvoir cette culture. Dix ans plus tard, cette association est devenue l’Institut Ouïghour D’Europe (IODE), dont l’objectif consiste à sauvegarder la culture ouïghoure, que le gouvernement tente à tout prix d’éradiquer, mais aussi à sensibiliser les Européens au sort des Ouïghour·e·s.

 

Ainsi, depuis 3 ans, Dilnur a créé une école ouïghoure du weekend à Paris, dans l’objectif de transmettre cette langue aux enfants ouïghours nés en région parisienne, mais aussi toute cette culture, par le biais de cours de danse, de musique traditionnelles ou encore les coutumes de cette région. Elle est également directrice de publication de la revue bi-annuelle Regard sur les Ouïghour·e·s. Une dizaine d’universités françaises est d’ailleurs abonnée à cette revue franco-ouïghoure. Dilnur est profondément attachée à ses origines. Elle considère qu’il s’agit de « la pierre angulaire de l’Asie centrale, c’est la base de la civilisation du monde turc, l’équivalent de la culture gréco-romaine pour l’Occident ». Les Ouïghour·e·s sont les premier·e·s sédentaires des peuples turciques. Cette région étant située en Asie centrale, il s’agit d’un véritable carrefour des cultures, notamment turque et perse, mais également arabe, chinoise et russe, où l’on fête à la fois Nowruz, le Nouvel An du calendrier persan, et l’Aïd, fête islamique.

 

blank

Drapeau du Turkestan oriental. Crédit : World Uyghur Congress/Congrès Mondial Ouïghour

 

Dilnur revient également sur l’Histoire de cette région. Tout d’abord, elle explique à quel point la bataille de Talas, en 751, a été décisive, opposant l’armée chinoise aux forces arabo-musulmanes, aidées par des peuples turciques. Suite à ce combat, il n’y a eu presque aucune présence chinoise officielle en Asie centrale, durant tout un millénaire. Puis, en 1884, la région est conquise par le dernier empire en Chine, l’Empire mandchou. La région ouïghoure est renommée « Xinjiang », signifiant « le nouveau territoire et la nouvelle frontière » en mandarin. Dilnur considère donc qu’il s’agit d’un terme colonial, expliquant qu’avant l’annexion chinoise de 1949, il existait deux républiques indépendantes du Turkestan oriental. En 1949, les Ouïghour·e·s correspondaient à 80 % de la population de leur région, contre 45 à 47 % de celle-ci en 2010. Dilnur dénonce donc une « colonisation démographique » ainsi que les différentes discriminations depuis 70 ans à l’égard des Ouïghour·e·s au sein de leur propre territoire. 56 ethnies sont officiellement recensées en Chine, les Han·e·s représentant 92 % de la population. Néanmoins, 8 % de la population en Chine vit dans 60 % de ce territoire, rendant ainsi les populations minoritaires de Chine majoritaires au sein de 5 régions autonomes. Celle ouïghoure correspond à la plus grande de ces 5 régions, constituant ⅙ du territoire chinois, tout en permettant à la Chine une ouverture vers l’Occident. Dilnur définit donc sa région natale comme un « eldorado qui tient une place clé dans la réussite du projet ambitieux chinois de la nouvelle route de la soie », correspondant à la « porte vers l’Occident pour la Chine » et possédant un sous-sol riche en pétrole et en gaz.

 

Un manque effroyable de solidarité dans l’Hexagone et les mondes musulmans

 

« Juridiquement, nous avons un institut, mais nous sommes encore nomades, nous n’avons pas de lieu, nos affaires sont partout, c’est difficile d’organiser des événements dans cette précarité », déplore Dilnur. Elle nous invite donc à nous montrer solidaires envers les Ouïghour·e·s, dont environ 90 % des membres de la diaspora n’ont plus aucun contact avec leurs proches, restés dans la Région ouïghoure. Cette expérience traumatisante empiète ainsi énormément sur leur santé mentale. Nous pouvons les aider financièrement, mais aussi partager cette cagnotte à nos proches et sur les réseaux sociaux. Nous pouvons également suivre les actions des Ouïghour·e·s mobilisé·e·s, en s’abonnant à leur revue. Selon la sociologue, les pays occidentaux semblent plus solidaires, à l’instar des Etats-Unis, en raison d’une « guerre commerciale contre la Chine », tandis qu’ « une bonne partie des pays musulmans sont complètement silencieux voire complices des crimes de la Chine contre les Ouïghour·e·s », étant majoritairement économiquement dépendants de la Chine.

 

blank

Manifestants à Hong Kong en décembre 2019, défendant la cause ouïghoure. Crédit : Dale de La Rey pour l’AFP

 

« Les dirigeants des pays musulmans ne cessent de répéter chacun qu’ils sont les protecteurs des musulman·e·s. On en veut beaucoup au monde musulman, arabo-musulman, encore plus au monde turc », confie Dilnur. Elle revient par exemple sur la lettre envoyée à l’ONU par 22 pays occidentaux et le Japon, en juillet 2019, concernant les détentions arbitraires des Ouïghour·e·s en Chine. Quelques jours plus tard, 37 pays ont signé une lettre visant à défendre la Chine, tels que l’Arabie saoudite, l’Algérie, le Qatar ainsi que la Syrie. Selon Dilnur, les Ouïghour·e·s se sentent totalement trahis. « Il est temps que les dirigeants de ces pays dits musulmans changent de Dieu, leur Dieu, c’est plutôt Xi Jinping ». En ce mois de Ramadan, la majorité des musulman·e·s ouïghour·e·s ne peuvent ni jeûner ni prier, par risque de se retrouver dans les camps. Le simple fait de porter le foulard ou une barbe, d’employer des mots en arabe ou des formules islamiques à l’instar de bismillah (au nom de Dieu) ou hamdoulilah (louange à Dieu) peut être la cause d’un internement. Dilnur rappelle que des Ouïghour·e·s sont obligé·e·s de manger du porc dans les camps, mais aussi en dehors des camps, tout en évoquant le témoignage de la rescapée Gulbahar Jalilova, dont les parties génitales ont été fouillées afin de vérifier qu’elles n’y cachaient pas des textes sacrés.

 

Dilnur revient donc sur le « triple langage » du gouvernement chinois, dénonçant des fake news face à l’Occident, évoquant des « centres de rééducation » en Chine, mais aussi la nécessité de soigner les Ouïghour·e·s du « virus » de l’islam. Elle estime également que le contexte islamophobe mondial permet de mieux légitimer la persécution des Ouïghour·e·s sous prétexte de lutte antiterroriste. Elle insiste aussi tout particulièrement sur la volonté de détruire l’identité ouïghoure, rappelant que les musulman·e·s sinophones Hui·e·s de la région ouïghoure se retrouvent rarement dans ces camps, contrairement aux détenu·e·s ouïghour·e·s chrétien·e·s ou athées, bien que la situation ait aussi déjà commencé à changer pour ces minorités. Partout en Chine, leurs mosquées ont été détruites et leurs imams arrêtés. Les chrétien·e·s chinoi·e·s subissent également le même sort que les Hui·e·s depuis 2019. En ces temps de coronavirus, aucune information claire n’est donnée concernant les conséquences de la maladie au sein des camps et des usines dans lesquelles des Ouïghour·e·s sont forcé·e·s de travailler gratuitement ou presque. Plusieurs marques sont d’ailleurs impliquées, à l’instar d’Adidas, Apple, BMW, H&M, Nike, Samsung, Uniqlo ou encore Volkswagen.

 

Ainsi, il est essentiel de tout·e·s soutenir nos frères et soeurs ouïghour·e·s à notre petite échelle et de nous rappeler de cet excellent hadith, rapporté par Mouslim : « D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Celui d’entre vous qui voit un mal qu’il le change par sa main. S’il ne peut pas alors par sa langue et s’il ne peut pas alors avec son coeur et ceci est le niveau le plus faible de la foi ».

 

 

 

Crédit photo image à la une: Dilnur Reyhan

Diffuse la bonne parole