Search for content, post, videos

Soufeina, illustratrice musulmane de foi et européenne de culture

Soufeina est une artiste née en Tunisie, d’une mère allemande et d’un père tunisien. Lorsqu’elle a sept ans, sa famille déménage en Allemagne, pays dans lequel elle commence à partager ses bandes dessinées en 2015, sur sa page Soufeina – Tuffix. L’illustratrice vit désormais en Irlande. Durant ses études, elle travaille pour différentes organisations, touchant surtout au développement des ressources humaines. Elle rejoint ensuite une académie de leadership à Berlin, dans laquelle elle est gestionnaire de projet et responsable de différents cours en rapport avec l’international. Cependant, véritablement passionnée par le dessin, Soufeina a récemment quitté son emploi afin de se consacrer pleinement à son art.

 

Le foulard, grande inspiration de ses dessins

 

Crédit image : Soufeina – Tuffix. « Ah, je suis très en retard ! » exprimé à la fois par la femme portant un foulard et celle n’en portant pas un. Petite note de fin : « Mais juste entre nous, j’ai entendu une rumeur, il paraît que même les musulmanes lavent leurs cheveux ! »

 

« J’ai commencé à dessiner dès que j’ai su tenir un crayon. Le dessin a toujours fait partie de ma vie. »

 

En 2009, Soufeina suit le conseil d’une amie : s’inscrire sur le site Deviantart. Cela lui a surtout permis de s’inspirer de certaines oeuvres et de suivre les commentaires constructifs d’autres artistes sur ses dessins. Elle considère avoir d’abord partagé des « illustrations banales ».

 

Crédit image : Soufeina – Tuffix / “Oh mon Dieu” –> “De son point de vue…”

 

Mais tout commence véritablement lorsqu’elle partage un dessin, représentant des personnes la fixant du regard en raison de son voile. « Les gens ont commencé à discuter, à s’interroger. J’ai senti qu’il se passait quelque chose alors j’ai continué », explique-t-elle. Ses illustrations sont depuis ce jour directement inspirées de sa vie et de certaines difficultés qu’elle rencontre en raison de ses principes et de ses croyances. « Mon travail a pour but de célébrer nos différences, de montrer ce que cela peut signifier que d’être musulman·e et que nous nous ressemblons tou·te·s beaucoup plus qu’on ne le pense, sans pour autant omettre le fait que le racisme existe », affirme l’illustratrice.

 

Soufeina a commencé à porter le foulard vers ses douze ans. « J’ai très clairement ressenti un changement », confie-t-elle. « Les gens me regardaient de façon différente, ils·elles me faisaient ressentir que je n’étais pas des leurs, que j’étais différente », regrette-t-elle. Soufeina explique également que depuis qu’elle porte le voile, plusieurs personnes l’assimilent à une prosélyte, mais également à une spécialiste de la situation du Moyen-Orient ou de la politique. « J’ai passé tellement de temps à expliquer, à collecter des arguments, à débattre, à me défendre durant les premières années de mon adolescence », se souvient-elle, émue. Elle ne s’est rendu compte que tardivement qu’elle n’avait pas à faire cela, qu’elle avait « le droit d’être une enfant ».

 

Crédit image : Soufeina – Tuffix. « Ne bouge pas ! Nous allons te libérer ! »

 

Son ressenti face à l’actualité

 

Soufeina a récemment déménagé en Irlande, ce qui lui donne l’opportunité d’observer la situation politique allemande depuis l’étranger. « Je ressens quelque chose de bizarre ». Elle déplore les résultats aux élections du Bundestag, en Allemagne. Le parti Afd, Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne) a fait son entrée à l’assemblée parlementaire en septembre 2017, devenant ainsi la troisième force politique du pays.

 

« Le mot le plus approprié pour décrire ma réaction à la suite des résultats serait la déception. J’attendais mieux de la part de mon pays et j’espère encore que nous arriverons à une société forte et ouverte d’esprit qui combattra les idéologies pleines de haine », assure-t-elle, l’air déterminé.

 

Soufeina considère que la montée en puissance de l’extrême-droite dans plusieurs pays d’Europe est le plus effrayant. Se définissant elle-même comme « Européenne de culture », elle déplore la banalisation des idées des partis les plus extrêmes, largement répandues. « Ce n’est pas uniquement l’Allemagne, c’est aussi l’Autriche, la France et plus récemment la Pologne », regrette-t-elle.

Elle est cependant ravie du mouvement général veillant à émanciper les femmes. « Il se passe très clairement beaucoup de choses en ce moment : la marche des femmes, la campagne #metoo et les histoires de harcèlement sexuel révélées chaque semaine. » Elle considère que tous ces éléments permettent de nous rendre plus fortes et d’établir une sororité immense. « Ces initiatives nous font ressentir que nous ne sommes pas seules, que nous sommes soutenues », se réjouit-elle. « Les femmes sentent qu’elles ont plus de pouvoir, qu’elles sont plus fortes et donc prêtes à dénoncer les injustices. »

 


Crédit image : Soufeina – Tuffix

 

Crédit image à la une : Soufeina – Tuffix

Diffuse la bonne parole