Search for content, post, videos

Nadina Ali – Portrait d’une artiste autodidacte et engagée

Nadina Ali est une artiste Française et Comorienne, originaire de Marseille. Elle vit aujourd’hui à Londres et se définit comme « Black Muslim Working Class Graphic Artist » comprenez : une femme noire, musulmane, issue de la classe ouvrière et graphiste. Après avoir étudié le stylisme et le modélisme à la Manchester Metropolitan University, elle commence sa carrière dans la mode avant de se dédier entièrement au graphisme.

 

Il suffit d’un simple coup d’œil sur son site Nadina Did This ou sa page Instagram, pour comprendre son affection particulière pour la typographie et les couleurs vibrantes ! Passionnée par les questions de justice sociale et environnementale, Nadina utilise ses plateformes afin de partager des messages importants autour de ces thèmes. Cependant, son travail ne se limite pas à internet, ses diverses collaborations ont permis à son art de s’exprimer au travers de médiums divers et variés. De la récente couverture du livre ‘Carefree Black Girls’ de Zeba Blay à sa participation à la campagne Black Outdoor Art – une initiative sociale et créative organisée par Greg Bunbury afin d’amplifier les voix des artistes noir.es. Nadina a aussi collaboré avec de nombreuses associations caritatives, comme la Croix-Rouge, et participé à des campagnes de sensibilisation pour des causes qui lui sont importantes.

 

 

Decolonize everything

 

 

En janvier 2022, le travail de Nadina est exposé pour la première fois au musée ! Une nouvelle visibilité qui lui a permis d’attirer l’attention de la chaîne de télévision BBC qui l’a interrogé à l’occasion. C’est au musée de la migration de Lewisham, au sud-est de Londres, que l’on peut voir son installation « Where are you from ? » qui peut se traduire par le fameux « Tu viens d’où ? » dont certain.e.s d’entre nous ont trop souvent été exposé.

 

 

 

Nadina explique qu’il s’agit pour elle d’une question qui peut être problématique et intrusive lorsqu’elle est systématiquement posée à des personnes racisé.e.s et/ou qui ont un accent. Comme si la couleur de peau ou la façon de parler étaient des éléments qui requièrent plus d’investigation. À travers cette installation, Nadina souhaite ouvrir la question à tous.te.s peu importe la couleur ou l’accent et explique le choix des lettres en 3D pour représenter la multidimension de ses identités. Son « Where are you from ? » est aussi un rappel qu’il n’existe pas toujours de réponse simple à une telle question et met en question l’utilité d’en faire une excuse pour échanger des banalités.

 

Pour Lallab, Nadina revient sur son parcours, pas toujours évident, et partage avec nous ce qui l’a aidée à surmonter les difficultés ainsi que ce qui l’anime depuis le début.

 

 

Tu t’es expatriée très jeune, peux-tu nous en dire plus sur les motivations de ce choix et comment cela à contribuer à ton épanouissement en tant qu’artiste ?

 

Je suis partie en 2005, principalement parce que j’estimais mes perspectives d’avenir limitées en restant à Marseille. Rien ne m’encourageait à poursuivre les arts créatifs, et en particulier la mode, que j’aurais aimé poursuivre au niveau professionnel à l’époque. J’aimais la mode et le dessin, mais je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si je pouvais me permettre ce choix, car je pensais que je n’avais pas le profil.

 

Petite, je n’allais pas aux musées, car ma famille n’avait pas forcément les moyens de nous y emmener. Et s’il existait des créneaux gratuits, l’information ne parvenait pas jusqu’à nous. J’ai d’ailleurs cru pendant longtemps qu’aller au musée était une activité réservée aux blancs issus des milieux aisés. La société française n’encourage pas l’accès à l’art de façon inclusive. Un certain esprit élitiste persiste, tandis que l’approche à l’art est totalement différente en Angleterre, où l’entrée aux musées est souvent gratuite. Une fois en Angleterre pour mes études, avoir accès aux musées aussi facilement m’a ouvert les yeux sur ce qu’il était possible de réaliser malgré le milieu d’où je viens. Pour moi, c’était un vrai privilège d’accéder à une telle diversité de musées et d’expositions différentes, et j’en ai profité au maximum dès mon arrivée. Vis-à-vis de mon épanouissement en tant qu’artiste, je peux réellement dire qu’aller au musée ça a été mon école d’art à moi !

 

J’avais déjà pensé à l’école de mode, mais quand j’ai perdu mon père, durant ma dernière année de lycée, j’ai vite réalisé que de tels frais de scolarité allaient être une charge difficile à supporter pour ma mère devenue veuve. De plus, dans les milieux dits « défavorisés », les carrières artistiques sont rarement priorisées ce qui m’a encore plus découragé de poursuivre cette voie. J’ai fini par bifurquer sur une licence de langues étrangères appliquées (L.E.A.) par défaut, à la fin de laquelle j’ai décidé de faire une pause pour réfléchir à mon projet professionnel. C’est ainsi que je me suis retrouvée fille au pair pendant 6 mois à Manchester. À cette époque, je passais mes soirées à rechercher des cours de stylisme et couture en ligne pour m’occuper et c’est comme ça que je suis tombée sur une licence de stylisme et modélisme à la Manchester Metropolitan University. J’ai postulé et réussi à obtenir une bourse qui m’a énormément aidée à poursuivre mes études à l’étranger ! En Angleterre, bien que tout ne soit pas parfait, il y a une vraie démarche pour rendre les choses accessibles, peu importe d’où tu viens, tu peux accomplir quelque chose.

 

Il m’arrive parfois de me demander ce que j’aurais pu faire, peut-être même plus vite, si j’étais née dans le « bon milieu », si j’avais grandi avec une solide culture artistique. Certes, j’ai dû faire d’énormes détours pour arriver là où je suis aujourd’hui, mais je suis tout de même fière de mon (long) chemin, et de toutes les victoires et accomplissements sur la route. Dans ces moments-là, je remercie la jeune Nadina pour avoir eu le courage de prendre la décision de partir et de changer la trajectoire de ma vie.

 

 

Peux-tu nous expliquer pourquoi tu as quitté la mode pour te diriger vers le graphisme et la création de ‘Nadina Did This’ ?

 

Après avoir étudié pendant 4 ans et travaillé dans la mode pendant presque 10, j’ai fini par ouvrir les yeux sur la réalité de ce monde et de son manque de principes éthiques. La maltraitance des employés d’usine dans les pays dits “sous-développés” ainsi que le non-respect de l’environnement au nom des dernières tendances devenaient de plus en plus difficiles à accepter. Je ressentais aussi depuis un certain temps, et malgré les différents postes que j’ai occupé – du développement de produit au contrôle de qualité, qu’il me manquait un processus créatif dans mon quotidien. D’ailleurs, c’est pour cette raison qu’à cette époque de ma vie, j’occupais tout mon temps libre avec des loisirs créatifs, de la sérigraphie, de la couture, et même de la pâtisserie. Ces activités étaient pour moi une échappatoire créative indispensable et au fond de moi, je savais très bien que j’avais besoin de poursuivre des activités créatives au-delà de mon temps libre.

 

Finalement, en 2017, j’ai fini par admettre que je n’étais plus épanouie dans ce milieu. J’ai pris la décision de quitter mon travail et Manchester pour Londres, où j’ai choisi de travailler en tant que pâtissière pendant presque deux ans et de tester un changement de carrière qui me tentait depuis un moment. Les horaires flexibles, m’ont permis de m’accorder du temps pour commencer le graphisme et la typographie plus sérieusement. Petit à petit, j’ai commencé à réaliser quelques projets pour des amis, ce qui me donnait l’occasion de me perfectionner sur des logiciels type Illustrator. Ces premiers projets m’ont par la suite donné la confiance nécessaire pour me lancer sur Instagram. Un choix qui m’a très vite confortée dans l’idée de toucher et inspirer le monde qui m’entoure par mon travail. J’ai décidé d’en faire l’objectif de ‘Nadina Did This’, faire bouger les choses à mon échelle et de manière autodidacte.

 

 

Peux-tu nous partager un moment clef, qui s’est révélé décisif par la suite ?

 

En 2020, je me suis retrouvée licenciée après la première vague de la pandémie, ce qui m’a amenée à faire le point et à réfléchir. J’ai fini par faire ce que j’avais prévu de faire un jour ou l’autre, et j’ai décidé de me concentrer sur ‘Nadina Did This’ à plein temps. Au début, je l’ai pris comme un challenge personnel, afin de voir jusqu’où je pouvais aller. Assez vite, j’ai compris que la réponse était : loin, potentiellement même très loin !

 

Puis il y a eu le meurtre atroce de George Floyd qui a été pour moi un rappel important que nous continuons de vivre dans une société extrêmement raciste et qu’il reste encore beaucoup, beaucoup de travail à faire avant que l’on puisse tous.te.s vivre librement. J’ai eu encore plus envie qu’avant d’utiliser ma voix et ma plateforme pour toucher un maximum de gens.

 

En poursuivant dans cette voie, et en toute honnêteté, j’ai été envahie par le doute plus d’une fois. Clairement, le profil type de l’artiste ou du graphiste, ce n’est pas moi. Je ne me suis pas toujours sentie légitime à cette place en tant que femme noire, musulmane et ne venant pas d’un milieu aisé. Mais en même temps, si je ne parle pas des sujets qui me tiennent à cœur, qui va le faire ? Pendant longtemps, j’ai attendu que quelqu’un d’autre le fasse à ma place. Jusqu’à un certain moment, où à force de voir le monde régresser, tout en ne me voyant pas représentée, je me suis dit : « Copine, va falloir que tu prennes le micro et que tu parles ! ». Je pense sincèrement que quand on ne voit pas ce dont on a besoin et qu’on ressent qu’il faut que les choses changent, il faut le faire par soi-même. En affrontant ces phases de doute, j’ai compris qu’il est toujours important de s’exprimer, car si c’est important pour moi, ça l’est certainement pour d’autres. Le piège du doute, c’est qu’il peut dangereusement nous conduire vers l’immobilisme. Ne rien faire, se taire, sont autant d’occasions ratées, car on ne sait jamais qui on va toucher et c’est aussi comme cela que l’on crée un effet boule de neige dans cette continuité.

 

 

 

Si tu pouvais donner un conseil à la jeune Nadina ?

 

Même si tu ne vois personne qui te ressemble dans la carrière que tu veux poursuivre, ne te laisse pas décourager et crée ton propre chemin pour y arriver. Si tu as la volonté et le talent, ne laisse jamais la société te faire douter de toi ni de tes capacités. Une fois que tu auras décidé de ce que tu veux faire, c’est ton destin ! Il n’est pas inaccessible et tu es tout à fait capable de l’accomplir.

 

 

Que dirais-tu à toutes les femmes qui pourraient te ressembler ?

 

Sans hésitation : nos difficultés deviennent notre force !

Il y a déjà un grand nombre de choses dans nos quotidiens qui nous ramènent constamment à nos difficultés et à leurs douleurs. Face à un système qui fait tout pour nous décourager, réaliser que l’on peut utiliser nos difficultés comme un carburant, un moteur pour aller plus loin, nous permet de transformer un milieu hostile en une motivation pour se dépasser. Ce que je veux dire par là, c’est qu’on peut tous.te.s faire quelque chose à notre échelle. Pas besoin de mettre une casquette d’activiste pour dire sa vérité, on peut tous.te.s faire quelque chose pour faire avancer une cause. Pas besoin d’être la réincarnation de Martin Luther King pour faire avancer les choses non plus. Malgré ce qu’on voudrait nous faire croire, nous, les gens de tous les jours, avons le pouvoir d’améliorer les choses !

 

 

 

Pour continuer à suivre les aventures de Nadina, n’hésitez pas à la suivre sur son compte Instagram et si vous avez aimé son travail, jetez un œil à sa boutique Etsy !

 

 

 

Crédit photos : Nadina Ali