Search for content, post, videos

Retour sur le film Rocks

J’ai été introduite au film Rocks par son affiche promotionnelle qui a tout de suite attirée mon attention. Cette affiche n’a rien d’extraordinaire en soi, on n’y voit qu’un groupe de jeunes collégiennes qui sourient à l’objectif de la caméra. Sauf que, chose assez peu ordinaire, deux d’entre elles sont visiblement musulmanes. Il s’agit des personnages de Soumaya, jouée par Kosar Ali et de Khadija, jouée par Tawheda Begum. Ce film est le premier long métrage des deux jeunes actrices.

 

 

Le film est réalisé par la cinéaste Sarah Gavron (Les Suffragettes, Rendez-vous à Brick Lane) et écrit par les scénaristes Theresa Ikoko et Claire Wilson. Rocks raconte l’histoire de Olushola, surnommée Rocks, une adolescente britannique Noire vivant à Londres. Un matin, sa mère les abandonne, elle et son petit frère, les forçant ainsi à se débrouiller seuls avec l’aide de leurs fidèles amies.

 

Le film a été présenté en avant-première au Festival international du film de Toronto. Dans la foire aux questions qui suivit la diffusion du film, Sarah Gavron a annoncé que les actrices ont participé à l’écriture du film pour qu’il soit le plus authentique possible à l’expérience de la jeunesse londonienne. L’actrice Kosar Ali et sa famille furent les consultant.e.s principaux.ales pour les scènes du film représentant la culture Soudanaise.

 

Cette représentation est importante car les musulman.e.s Noir.e.s sont nettement moins représenté dans l’industrie du spectacle que les musulman.e.s d’origine Arabe ou Nord Africains. Les musulman.e.s ne sont pas un monolithe, nous sommes de toutes couleurs et formes et malheureusement notre diversité n’est pas représentée à l’écran.

 

 

 

Les femmes sont plus susceptibles d’être victime de harcèlement sur leur lieux de travail et les risques sont d’autant plus grands lorsque, comme les actrices Kosar Ali et Tawheda Begum, l’on est racisé et de confession musulmane. Mais ces dernières ne retiennent qu’un bon souvenir du tournage. « C’était ma première expérience en tant qu’actrice et c’était incroyable. C’était plus une famille qu’un plateau de travail, » affirma Kosar Ali. « C’était une opportunité incroyable. Je n’aurais jamais pensé faire un jour partie d’un film. Ma famille et tout le monde était si heureux pour moi. Travailler avec ces filles était incroyable parce qu’elles m’ont toutes fait sentir vraiment à l’aise, » ajouta Tawheda.

 

Loin des clichés de la femme soumise ou du dangereux terroriste, on suit ici deux jeunes filles musulmanes avec des rêves et des ambitions et qui sont confrontées aux mêmes difficultés que leurs camarades. Je sais qu’énormément de jeunes filles musulmanes s’identifient à leurs vies. Lorsque leur professeur demande aux élèves quel métier iels aimeraient faire lorsqu’iels grandiront, la jeune Khadija dit vouloir devenir avocate. Sa professeure la décourage en lui répondant qu’elle n’aura jamais le niveau. Elle est alors confortée par ses amies. Ceci est un scénario assez familier pour beaucoup d’élèves et encore plus pour celleux racisé.e.s et de confession musulmane.   

 

Soumaya, quant à elle, est très peinée à l’idée de se retrouver sans ses frères et sœurs vivant désormais en dehors du domicile familial mais elle va devoir se confronter à son privilège social lorsque sa meilleure amie Rocks se retrouve abandonnée par sa mère.

 

Le film est authentique dans les moments de joie tout comme dans les moments de peines. Mais la sororité est présente tout au long du film. Le groupe d’amies, d’origine et de confession différentes, s’entraide et se sort de situations difficiles grâce à leur endurance et leur bienveillance. La réalisatrice a affirmé au Festival international du film de Toronto : « Nous voulions représenter Londres telle qu’elle est. Si vous allez dans les écoles, vous verrez ces groupes d’amitié”. Pari réussi pour Sarah Gavron qui démontre qu’être à l’écoute de l’expérience de ces jeunes filles permet de réaliser un film d’autant plus authentique.

 

Rocks est un drame tout aussi déchirant qu’il est réconfortant. Intimement féministes, les personnages ne vous laisseront pas indifférent.e.s. Il met en vedette de jeunes actrices talentueuses et que nous retrouverons bientôt sur nos écrans, je l’espère. Certes dur concernant les thématiques abordées, le film réussit pourtant à nous mettre le sourire au lèvres grâce à son authenticité rafraîchissante. 

 

 

Références :

TIFF Talks (2019). ROCKS Cast and Crew Q&A | TIFF 2019 https://www.youtube.com/watch?v=Mokj3VV2HR4&t=1829s&ab_channel=TIFFTalks    

Crédit photo : Rocks

Diffuse la bonne parole