Catégories
(Dé)construction

L’intersectionnalité : outil politique pour une véritable justice sociale. Emilia Roig à notre dernier LallabDay

[vc_row][vc_column width= »2/3″][vc_column_text]

Nous avons eu le plaisir de recevoir Emilia Roig lors de notre dernier LallabDay – le week end de formation des bénévoles de Lallab – , le 1er février 2020 au Centre Rosa Parks à Paris. Fondatrice et directrice du Center for Intersectional Justice à Berlin, Emilia est venue tout droit de Berlin pour nous apporter un éclairage sur un concept figurant au centre des luttes de Lallab: l’intersectionnalité. Initialement défini par la juriste américaine Kimberlé Crenshaw en 1989, ce terme désigne l’interaction entre plusieurs axes de subordination (notamment le genre, la « race » et la classe) et la manière dont celle-ci génère des schèmes de discrimination. Retour sur une intervention inédite.

 

Une approche systémique

 

“Un des principaux écueils de l’intersectionnalité, c’est qu’elle souvent mal comprise” affirme d’abord Emilia. A l’origine développé par Kimberlé Crenshaw, qui constate l’incapacité du droit américain à prendre en compte la multiplicité des discriminations dont souffrent les femmes noires, ce concept rappelle que chacun.e fait l’expérience du monde à travers différentes constructions identitaires: tantôt raciales, tantôt genrées, tantôt de classe, pour n’en citer que certaines.

 

Aujourd’hui, cependant, l’intersectionnalité est parfois instrumentalisée par le discours politique dominant. Trop souvent, les politiques gouvernementales et européennes se focalisent sur une personne hypothétique, qui regroupe toutes les oppressions possibles en raison de son identité.

 

Or, cette personnification des systèmes d’oppression rentre dans une logique néolibérale et capitaliste qui dessert nos luttes. Ce n’est pas d’une personne ou des identités qu’il faut partir, car “un féminisme véritablement intersectionnel peut toucher n’importe qui sur la planète”, comme l’explique Kimberlé Crenshaw. Pour recentrer nos luttes, il faut plutôt s’éloigner de la focalisation sur les identités pour démanteler aux systèmes et sous-systèmes qui les génèrent, y compris le patriarcat, le capitalisme, le racisme, l’agisme et la grossophobie. C’est seulement en luttant contre les systèmes dans leur ensemble, en “jetant les outils du maître” (Audre Lorde) que nous pourrons rompre la matrice et créer des politiques publiques réellement inclusives.

 

Source :  NBC News

 

Un retour à l’âme

 

Mais cette tâche n’est pas toujours aisée, comme le nuance Emilia. Face à ces systèmes, la frustration de certain.e.s se fait souvent ressentir. En s’introduisant dans les mouvements militants, nous amenons souvent inévitablement notre colère et notre épuisement au vu des injustices vécues, et il est donc tentant de déverser cette toxicité que certain.e.s d’entre nous supportent. Pour éviter cela, il est primordial qu’un mouvement militant se focalise sur la guérison, mais aussi sur la spiritualité. Au-delà du mental, de l’intellectuel ou du psychique, il serait possible d’y voir une sorte d’ésotérisme, où énergies et vibrations s’entremêlent.

 

Avoir en tête la construction discriminatoire émanant des systèmes d’oppressions dans lesquelles nous sommes enlisé.e.s, c’est pouvoir s’échapper, voire guérir, tous et toutes ensembles par le biais d’une déconstruction commune. Pouvoir rétablir un système non fondé sur les classes et la hiérarchisation et avoir la possibilité de s’auto-identifier, c’est tendre vers un retour à l’âme. Des valeurs que nous portons fièrement à Lallab, et qui ont été centrales à un week-end d’intégration riche en émotions et en rencontres.

 

Un concept accessible à tous.tes

 

Cette guérison commune nous permet aussi de rompre avec un éternel débat autour des théories, et d’éviter de tomber dans les pièges du classisme. Nombreuses sont les critiques à l’égard de l’intellectualisme, excluant parfois malgré eux une certaine partie des concerné.e.s. Transcender nos sociétés, rompre avec la hiérarchie, passe d’abord par l’accessibilité de la connaissance et des espaces de parole. Être à l’écoute demeure l’une des clefs de l’intersectionnalité, ce qui fait écho à l’un des leitmotivs de Lallab : laisser la parole aux concerné.e.s. Entre femmes, il faut avant tout unir nos forces et utiliser l’intersectionnalité pour lutter contre l’invisibilité des femmes subalternes, en alliant subtilement égalité et spiritualité afin de se reconnecter à nos âmes. L’intersectionnalité, c’est donc le fait de ne pas séparer les oppressions pour pouvoir lutter contre elles, mais c’est aussi tendre vers une conscience universelle.

 

Si la question de l’application politique de l’intersectionnalité reste sujette à débats, son aspect muable et perfectible en fait une approche intéressante. Doit-on passer par un changement incrémental, c’est-à-dire par étapes via des mesures concrètes ? Ou, au contraire, faut-il tout renverser et tendre vers une forme de “chaos” pour enfin parvenir à une déconstruction totale et assister à une transformation sur le long terme ? Certaines actions concrètes peuvent être mises en place, comme rendre une citoyenneté plus inclusive, adopter une approche anticatégorique des sociétés ou créer des espaces (politiques) transversaux. C’est dès lors à nous de s’en emparer, en étant acteurs-trices de notre futur. Et ce travail n’est pas individuel, loin de là.

 

Nous remercions encore une fois de tout coeur l’inspirante Emilia Roig pour cette intervention, qui ouvre la voie à nombreuses et réflexions mais surtout à l’envie de passer à l’action !

 

Crédit photo image à la une: Zohra Krid pour Lallab

Article écrit par Alix Savariau et Sarah El Gharib

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Diffuse la bonne parole

[/vc_column_text][vc_facebook][vc_tweetmeme][vc_column_text][/vc_column_text][vc_widget_sidebar sidebar_id= »home-one »][/vc_column][/vc_row]

Par Sarah

Forte d'une expérience diversifiée en marketing et en défense des droits humains, Sarah a effectué sa thèse de Master sur l'intersectionnalité et son applicabilité en France à l'égard des femmes musulmanes. Elle s'intéresse fortement aux dynamiques de pouvoir ainsi qu'aux questions de santé mentale en France et à l'international.