Search for content, post, videos

Lettre à mes ami.es non musulman.es : CESSEZ DE VOUS TAIRE. Vous avez le pouvoir d’être des justes.

Depuis que je suis petite, je me suis souvent demandée si j’aurais été dans le camp des collabos ou celui des justes pendant la Seconde Guerre mondiale. Je me suis souvent demandé comment on en arrivait à collaborer avec un gouvernement raciste, à dénoncer ses voisin.es. Je me suis souvent demandé si j’aurais eu le courage, la force, la clairvoyance d’être du côté des justes. Et puis je me suis souvent dit que si la vie de mes proches étaient en jeu, je ne suis pas sûre que j’aurais été prête à mourir pour mes valeurs.
Vendredi 15 mars 2019, je me suis levée pour prendre un train. Je venais d’apprendre que quasi 50 musulman.es venaient d’être assassiné.es par un terroriste suprémaciste blanc d’extrême droite uniquement parce qu’ils.elles étaient musulman.es. Je n’étais même pas surprise. Choquée, mais pas surprise. Mon pire cauchemar se réalisait.

 

Je m’étais souvent demandé si j’aurais été collabo ou juste. Bizarrement, je n’avais pas envisagé le cas où j’étais la potentielle déportée. La petite fille en moi ne comprenait pas pourquoi on s’en était pris aux Juifs.ves, aux Tziganes, aux homosexuel.les. J’étais donc rassurée qu’une partie de mon pays ait alors résisté et vaincu cette idéologie raciste. Et surtout, la petite voix au fond de moi me disait que mon pays ne pourrait plus jamais refaire ça. Je me disais que mon pays ne ME ferait jamais ça.

Pourtant, dès le 15 mars, même pas 24 heures après cette terrible attaque contre la communauté musulmane, MA communauté continue d’être salie, insultée, non-respectée dans son deuil. Nous serions en plus RESPONSABLES de ce drame de par notre existence même.

Pour mes ami.es non musulman.es qui prendront le temps de lire cette lettre, pour celles et ceux qui m’aiment, m’apprécient, ou juste me respectent, je vais vous demander une chose. CESSEZ DE VOUS TAIRE. Vous avez le pouvoir d’être des justes. Lorsque vous entendrez dans une phrase le mot “musulman.e” prononcé par certain.es politiques, journalistes, collègues ou membres de votre famille, remplacez le par “Nawal” et répétez-vous la même phrase dans la tête. Souvenez-vous que lorsqu’ils.elles disent “musulman.e”, je suis directement visée. Si ma vie, mes droits et ma sécurité vous importent : intervenez, contredisez ou quittez simplement la table.

Si vous ne vous vous sentez pas concerné.e par ce que je viens de vous écrire, si ma vie, mes droits et ma sécurité ne vous importent pas, je ne vous en voudrais pas de ne plus vouloir me fréquenter. Je vous envoie tout mon amour et je vous souhaite une vie heureuse. Je ne suis pas sûre d’avoir besoin d’ami.es ou de « potes » qui sont complices, par leur silence, de la violence envers ma communauté. Je vous promets cependant, le jour où vous vous réveillerez, que la porte de mon cœur vous sera grande ouverte.

Pour les autres, souvenez-vous du choc psychologique du 13 novembre, souvenez-vous des émotions qui nous ont envahies. Alors que comme tant d’autres, je n’ai pas encore complètement digéré le 13 novembre, je dois de nouveaux faire face à ces mêmes émotions. Je vais continuer à vivre, à rire, à danser, à exister. Mais pendant un temps, chaque vendredi, j’aurai la boule au ventre quand mon père se rendra à la mosquée pour la prière collective. Et chaque vendredi soir, j’espère pouvoir fêter avec vous que j’ai eu tort de m’inquiéter car il sera rentré sain et sauf.

Soyez indulgent.es avec moi : je risque de tourner en boucle sur le sujet, ou par moments, de déprimer face à la bêtise de ce que j’entends, de ce que je vois, de ce que je vis. Rappelez-moi que vous êtes mes allié.es. Taisez-vous, ne répliquez pas, laissez le flot sortir. Prêtez-moi une épaule sur laquelle pleurer. Divertissez-moi. Acceptez le fait que vous ne me reconnaissiez pas ou que vous ne me compreniez pas complètement. Ma colère, même si elle s’exprime DEVANT vous, n’est pas dirigée CONTRE vous. Rappelez-vous que vous êtes les seul.es auprès desquel.les je m’autorise à l’exprimer. Car ailleurs, je n’ai socialement pas le droit de me mettre en colère, sans en subir les conséquences. Soyez mon espace de bienveillance dans ce monde qui en manque cruellement.

Je vous aime,

Nawal
#lavieestunefete #levieestunefeta

 

Crédit Photo Image à la une : Rakidd

Diffuse la bonne parole