Search for content, post, videos

La femme-Kaaba : l’art contemporain pour dégenrer le divin

J’ai choisi ici de vous parler d’une œuvre qui m’a marqué pour les différentes pistes de déconstruction qu’elle offre. Il s’agit de Kaaba1 d’Aidan Salakhova, que vous pouvez découvrir à travers cette vidéo. Créée en 2002 et exposée en 2015 au Teutloff Museum de Cologne, l’installation vidéo Kaaba se présente dans une pièce sombre au centre de laquelle une forme noire cubique représente la Kaaba personnifiée sous la forme d’une tête de femme, et dont les murs accueillent des projections grand format de quatre derviches tourneurs masculins. 

 

J’ai des réserves quant à l’emploi de la notion de féminisme musulman à tout va, mais en ce qui concerne l’installation Kaaba d’Aidan Salakhova, artiste russe d’origine azérie, il me semble que nous sommes face à une belle démonstration de la pensée féministe musulmane appliquée à l’art. Je fais référence ici à ce courant intellectuel, militant et religieux, qui émerge en Égypte au début du XXe siècle et qui ne cesse depuis de déconstruire les lectures traditionalistes et patriarcales de l’islam. Or, quand l’artiste affirme en commentant son œuvre que “l’origine de l’âme est féminine et que Dieu est une femme”, on pourrait considérer avoir affaire à une vision quelque peu simplifiée de cette pensée. Si je dois être tout à fait honnête, cela a en effet été mon premier ressenti face à cette œuvre d’Aidan Salakhova. Je dois reconnaître également avoir été quelque peu rebutée par la représentation de ces hommes derviches tourneurs, qui dans un contexte occidental est devenue un raccourci très galvaudé de la mystique musulmane. Enfin, pour saisir la portée polémique de cette œuvre, il faut d’emblée clarifier que pour un.e spectateur.ice musulman.e, le fait de prêter des traits humains à cet édifice sacré le transforme de facto en idole, ce qui peut choquer plus d’un.e, mais je reviendrai plus en détail sur cette question. 

 

Quelques obstacles s’érigent donc à la première lecture de cette œuvre qui superpose un peu rapidement plusieurs références. Naturellement, je préfère généralement écrire à propos d’œuvres pour lesquelles j’ai une adhésion immédiate, mais si j’ai persévéré dans l’analyse de cette œuvre, c’est qu’il m’a semblé que des pistes de réflexion très intéressantes se dégagent en deuxième lecture. Je dois prévenir d’emblée les lecteur.ices que je propose là une analyse très subjective, façonnée par mon éducation soufie, et que si j’emmène la portée de l’œuvre sur un terrain pas explicitement développé par l’artiste, il me semble néanmoins être dans la continuité de son intuition.

 

Crédit photo: Kaaba, Aidan Salakhova, 2002, ©TEUTLOFF MUSEUM

 

Saint des saints de l’islam, la Kaaba est une construction préislamique 2 qui servait de demeure aux déités et dont les effigies ont été mises à terre par le Prophète Muhammad lors de son retour pacifique dans sa ville natale. Ce geste iconoclaste marque l’effacement des polythéismes afin d’établir le Dieu unique des monothéismes. Dès lors, l’intérieur de la Kaaba est totalement vide, ce qui en soit est l’illustration la plus probante de l’aniconisme de l’islam. Mais si tout.e.s les musulman.e.s de la terre se tournent vers elle cinq fois par jour pour prier, c’est sans doute parce qu’elle centralise, d’une certaine manière l’Essence divine, sans pour autant la contenir. En effet, dans la pensée islamique, aucune forme terrestre ne saurait contenir le Divin.

 

Aidan Salakhova détourne cet édifice emblématique en lui donnant l’apparence d’une tête de femme voilée d’un niqab, pièce de vêtement qui laisse seulement apparaître les yeux. Il s’agit d’un dispositif assez simple : au sommet du cube, un écran entouré d’un voile noir diffuse en plan fixe un regard féminin qui balaye l’espace. Ainsi, l’artiste propose une similitude entre le voile de la femme et la grande étoffe de soie noire brodée de lettres d’or qui recouvre la Kaaba. Il est intéressant de remarquer que cette étoffe, nommée kiswa en arabe est de genre féminin et que de cette même racine sémantique découle les termes de parure, voile et jupe. De même, dans la langue arabe, la Kaaba est genrée au féminin : ce qui pourrait paraître comme une simple coïncidence, ne l’est jamais en grammaire arabe, encore moins concernant les termes religieux. Lors de la prière, les musulman.e.s se prosternent donc cinq fois par jour devant une entité féminine.

 

Par ce geste, l’artiste donne corps à ce lieu sacré, lui donne forme humaine, et pas n’importe laquelle, celle d’une femme. Ce qui n’a pas manqué de faire hurler au scandale nombre de rigoristes3. Pourtant, Aidan Salakhova n’est pas la première à prêter à la Kaaba des traits féminins : le grand maître soufi Ibn Arabi (mort en 1240 à Damas) relate avoir vu en vision la Kaaba sous la forme d’une jeune fille à la beauté inouïe qui s’avançait vers lui en retroussant sa robe noire (cf. la kiswa), le menaçant de l’écraser sous ses fondations. Il interprète cette vision comme une manifestation de la majesté du féminin. C’est d’ailleurs à la Mecque, alors qu’il effectuait le rituel du tawaf4 autour de la Kaaba, qu’Ibn Arabi rencontre la jeune Persane Nizâm qu’il reconnaît comme une théophanie5 de Dieu au féminin et qui jouera un rôle fondamental dans le cheminement spirituel de ce grand mystique. 

 

Crédit photo: Kaaba, Aidan Salakhova, 2002, ©TEUTLOFF MUSEUM

 

Dans l’installation, la présence des derviches qui tournoient autour de la femme-Kaaba, confortent ce rapprochement avec le soufisme. En effet, les derviches tourneur.euses appartiennent au courant ésotérique soufi et plus particulièrement à l’ordre Mevlevi, fondé par le grand mystique Rumî au XIIIe siècle, à Konya en actuelle Turquie. Ce rapprochement m’a donc semblé quelque peu incongru de prime abord car le mouvement wahhabite d’Arabie Saoudite, où se situe la Mecque, est très loin de l’expérience mystique musulmane, notamment en faisant de la gestion du patrimoine architectural islamique un business extrêmement lucratif, ce qui le vide littéralement de sa sacralité. C’est alors que le geste artistique intervient, délocalisant le lieu saint de l’islam, le sortant de son contexte historique et géographique, pour le transposer dans le monde de l’art et symboliquement le ramener à sa fonction spirituelle.

 

Il s’agit maintenant de comprendre ce que représentent ces derviches et leur rapport à cette femme-Kaaba, et c’est le geste giratoire qui nous indique la voie. L’un des rituels les plus importants du Hajj6 est le tawâf, c’est-à-dire le fait de tourner sept fois autour de la Kaaba dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Cette forme de circumambulation n’est pas proprement rattachée à l’islam, mais se retrouve dans de nombreuses traditions religieuses : « exécutée le plus souvent autour d’un pôle central – représentation terrestre de la demeure divine ou de l’axis mundi– [la circumambulation] imite la rotation du soleil ou des sphères célestes et émule le flux et le mouvement du domaine physique en contraste avec la stabilité et l’immuabilité de la “demeure de Dieu”7 ». Le parallèle se crée aisément avec les derviches tourneur.euses car pour les soufi.e.s Mevlevis, si les danseur.euses ne vacillent pas c’est qu’iels ne sont plus soumis à leur condition terrestre et matérielle, mais que par l’effet de la transcendance qu’iels accueillent, iels sont justement relié.e.s à cet axis mundi. Ainsi, iels tournent, une main levée vers le ciel pour recevoir la clémence divine, tandis que leur deuxième main dirigée vers le bas la répand sur l’humanité. 

 

Crédit photo: Kaaba, Aidan Salakhova, 2002, ©TEUTLOFF MUSEUM

Ce qui a donc révolté les fondamentalistes musulmans, qui décidément manquent d’imagination, est que non seulement l’artiste a humanisé la Kaaba sous les traits d’une femme, mais de plus c’est autour d’elle et pour elle que des hommes tournent en tant qu’incarnation de l’axe divin. Même si, personnellement, cette lecture me plait pour ce qu’elle contient de subversif vis-à-vis de la culture musulmane (je dis bien « culture » et non « religion »), il serait un peu expéditif de n’y voir que la simple tentative d’introduction d’une sorte de female gaze. Il m’apparaît clairement que l’idée de l’artiste n’est pas de rester dans une personnification genrée de Dieu, en opposant une femme de chair8 à la vision judéo-chrétienne d’un vieil homme barbu trônant dans les nuées. Lorsqu’elle affirme que Dieu est une femme, elle nous parle en réalité de son essence, de son principe créateur, car si on en croit les livres sacrés et toutes les cosmogonies, la fonction première du divin est la création. 

 

Loin de moi l’idée de vouloir essentialiser les femmes en les réduisant à leur fonction procréatrice, pensée qui ouvre grand la porte à une définition éculée des caractéristiques féminines comme avant tout dans le don de soi, le soin des autres, la douceur et l’empathie. Au contraire, ce parti-pris artistique m’évoque davantage une complémentarité du féminin et du masculin et renvoie à la question de l’androgynie primordiale. Également développée par Ibn Arabi, cette notion reconnaît l’état d’indifférenciation sexuelle de l’humain avant qu’il ne soit incarné dans un corps dont les attributs génitaux féminins ou masculins ne sont que simple contingence. Pour aborder ce concept, je me permets de citer l’islamologue Éric Geoffroy : « Le principe de l’androgynie primordiale nous fait comprendre que la complétude se joue en amont, avant la distinction socioculturelle des sexes. Lorsque l’homme réalise le féminin en lui et la femme le masculin en elle, ils deviennent des miroirs assumés l’un de l’autre. Réintégrés dans l’Un9, ils peuvent […] ne plus vivre la dualité créaturelle comme une souffrance10 »

 

J’aimerais conclure sur l’idée qu’à travers cette installation, Aidan Salakhova suggère que la mystique musulmane offre des perspectives aptes à déconstruire une interprétation sclérosée et dogmatique de l’islam. Elle nous démontre ainsi que le féminisme musulman n’est pas uniquement la destruction des idoles patriarcales, mais un véritable retour aux sources scripturaires de l’islam, un rappel de l’importance du pluralisme de la pensée et de l’effort d’interprétation des sources islamiques (ijtihad11). Ces yeux qui percent à travers le voile incarnent donc une vision féministe pour une nouvelle grille de lecture, une possible voie d’émancipation, d’où le sous-titre explicite donné par l’artiste : The Eyes of Freedom. 

 

 

Édifice datant du VIIᵉ siècle et d’environ treize mètres de haut qui se situe au centre de l’esplanade de la Grande Mosquée de la Mecque.

Elle a subi de nombreuses destructions et reconstructions à travers le temps, principalement à cause d’inondations, mais sa forme est restée inchangée.

Il est intéressant de noter cependant que le grand Mufti de Russie a décrété que cette œuvre n’avait rien de contraire à l’esprit de l’islam.

Tawaf (aṭ-ṭawâf, en arabe: الطَواف), la circumambulation, désigne les sept tours que les musulman.e.s effectuent autour de la Kaaba, lors du pèlerinage (hajj) à La Mecque.

Manifestation, révélation de Dieu aux humains.

Pèlerinage à la Mecque.

Paul B. Fenton, “Le symbolisme du rite de la circumambulation dans le judaïsme et dans l’islam, étude comparative”, in Revue de l’histoire des religions, 1996, 213-2, pp. 161-189.

C’est malheureusement la lecture qui en est faite par un certain Prof. Dr. Siegfried Zielinski dans les commentaires de la vidéo proposée par le Teutloff Museum. Celui-ci s’arrête en effet à une vision très sociologique de l’œuvre et passe complètement à côté de sa dimension spirituelle en posant la sempiternelle et très creuse question du rôle des femmes en islam (mémo : une multitude de femmes, une multitude de rôles), ce qui aboutit malheureusement à une conclusion pleine d’angélisme sur l’importance du dialogue entre les cultures. Peace, Love and Unity, merci bien Docteur, on a beaucoup avancé.

L’Un renvoyant ici à l’unicité divine, à Allah, encore genré au masculin cependant.

10 Éric Geoffroy, Allah au féminin, Albin Michel, 2020, p.30. Et oui, il s’agit en effet de mon père.

11 Effort d’interprétation des sources islamiques.

 

 

 

Pour aller plus loin :

Biographie de l’artiste

Asma Lamrabet, Le Coran et les femmes : Une lecture de libération, Tawhid, 2007.

Éric Geoffroy, Allah au féminin, Albin Michel, 2020.

Fatima Mernissi, Le harem politique. Le Prophète et les femmes, Albin Michel, 1987.

Inès Safi, «La spiritualité islamique invite à réhabiliter le rôle des femmes», sur bibliobs.nouvelobs.com, 8 mars 2016.

Malika Hamidi, Un féminisme musulman, et pourquoi pas ?,  Editions de l’Aube, 2020.

Zahra Ali, Féminismes islamiques, La Fabrique éditions, 2012.

 

 

Crédit photo image à la une : Kaaba, Aidan Salakhova, 2002, ©TEUTLOFF MUSEUM

Diffuse la bonne parole