Search for content, post, videos

Nadia El Bouga : Pour une sexualité bienveillante

 

Dans la plupart des sociétés, la sexualité est encore un sujet tabou. Et au sein de certaines familles musulmanes, ce sujet peut parfois être compliqué à aborder ! Pour le traiter, je me plonge dans les audios radio et le livre de Nadia El Bouga : La sexualité dévoilée : sexologue, féministe et musulmaneJe décide de la rencontrer. Samedi matin, Garges-Lès-Gonesse. J’entre dans son superbe cabinet. Me voici dans un espace de sérénité pour parler d’intimité. La sexualité, on va en parler, certes. Mais sous un autre angle : sociétal, religieux…

 

Crédit photo : Stéphanie GT

 

L’importance de se présenter

 

Il est de coutume de demander à l’autre de se présenter. Ici, nul besoin. On ressent son souhait de « SE définir » tout au long du livre. Elle nous parle de sa vie, de son éducation, de sa famille. Elle raconte « d’où je viens, où je vais », simplement. Elle parle des personnes qui lui ont parlé de sexualité, et comment elles l’ont fait…

Elle me dit : « J’ai souhaité me présenter par moi-même pour éviter que d’autres le fassent à ma place. ». En effet, elle refuse catégoriquement toute instrumentalisation de ses croyances religieuses ou encore de son apparence. Son voile, elle le décrit comme un « outil de spiritualité ».

Au confluent de toutes ces identités – femme, sage-femme, sexologue, féministe, musulmane, maman, épouse – Nadia El Bouga est, quoi qu’il en soit, une femme animée et passionnée par son sujet : la sexualité.

Elle le reconnait et part d’un constat clair : « Dans le domaine de la sexologie, il n’y a pas de doute, c’est bien la femme qui subit : mariage forcé, excision, qui est lésée économiquement, socialement, culturellement (polygamie)… ». En sexologie, elle parle de l’importance de la complémentarité et de l’équilibre.

 

Qu’est-ce que la sexualité pour vous ?

 

« La réponse va dépendre du référentiel dans lequel on se place. Aujourd’hui, cela rime surtout avec performance. Avant la révolution sexuelle, c’était un tabou, et nous sommes passés à l’extrême inverse. La performance sexuelle de l’homme et de la femme est attendue. C’est une course acharnée à l’orgaste à tout prix. »

Orgaste et orgasme, quelle différence ?

« En sexologie, il est important de différencier l’orgasme de l’orgaste. L’orgasme est une sensation globale, c’est une décharge corporelle associée à un lâcher-prise. Il relie le génital et l’émotionnel. L’orgaste, c’est juste une décharge physiologique. C’est ce que l’on voit dans les films pornographiques. »

Son souhait, à travers son travail mais aussi celui de son mari, est de « redonner du sens à la sexualité, la refaire rimer avec spiritualité. C’est une reconnexion entre le corps et l’esprit. C’est un souhait de passer de la corporéité (corps objet) à la corporalité (corps sujet). La sexualité nécessite d’être dans la corporalité. C’est le passage de l’acte sexuel (purement pornographique) à la relation sexuelle ».

 

Par où commencer ?

 

Parler de la problématique sexuelle telle quelle ne suffit pas. C’est un symptôme intime du reflet de la société. Que ce soit d’un point de vue sociologique, culturel ou religieux, Nadia El Bouga a de nombreuses propositions et réponses à apporter. Je pose la question du patriarcat sociétal et m’introduit au concept de « viriarcat ». C’est un néologisme en sociologie qui détermine une situation de domination des hommes, qu’ils soient pères ou non, sur les femmes. A ce sujet, elle nous conseille le livre d’Olivia Gazalé, Le mythe de la virilité.

 

Crédit photo : Editions Laffont

 

« La problématique que cela amène en sexologie, c’est que l’on a affaire à un certain machisme, dominateur. Cela entraîne un problème avec la représentation sexuelle de l’homme et de la femme au travers de la notion même de virilité. Il en est de même dans les exégèses des sources scripturaires. »

Se pourrait-il, alors, qu’au travers d’un inconscient partagé depuis des siècles, ce viriarcat ait eu une influence sur l’interprétation de certains textes religieux ?

 

L’exégèse des sources religieuses en question

 

Elle parle de la nécessité de relecture des textes en s’éloignant de l’imprégnation socio-conjecturelle des savants de l’époque. Au 14ème siècle, les références étaient différentes et en défaveur des femmes. Elle invite les théologien·ne·s à se permettre cette relecture. Asma Lamrabet, féministe musulmane, a déjà bien entamé ce projet.

A travers son cheminement spirituel sur le thème de la sexualité, le mari de Nadia, ingénieur de formation, s’interroge. Au départ autodidacte dans la relecture des textes, il a choisi de reprendre un parcours théologique reconnu afin de pouvoir présenter de manière scrupuleuse ce qu’il a trouvé. Pour lui, certaines exégèses sont contradictoires avec la parole coranique et peuvent donc ouvrir la voie à la misogynie.

Leur objectif commun est d’aller au bout de cette thèse socio-théologique sur la sexualité. L’un apporte son expérience clinique, scientifique, l’autre son expertise religieuse, théologique.

 

Nadia El Bouga me partage deux histoires : la première est l’histoire d’Adam et Eve.

Dans le Coran, Sourate 4 An-Nisa (Les femmes), verset 1 :

« Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes, Allah vous observe parfaitement. »

Elle me dit que le Coran parle, en arabe, d’une « nafs wahida », une âme unique, et ne comprend pas une des exégèses selon laquelle la femme serait une excroissance de l’homme. Pour elle, soutenir cette notion d’excroissance, c’est admettre la supériorité de l’homme vis-à-vis de la femme, alors que le Coran ne mentionne pas cette idée selon laquelle Hawa (Eve) viendrait de la côte d’Adam.

 

Nadia et son mari s’interrogent aussi sur l’histoire d’Abel et Caïn (sourate 5 Al-Ma’ida (La table servie), versets 27 à 31). De nombreuses exégèses extrapoleraient cette histoire à une jalousie liée aux femmes de ces deux frères. Le travail de recherche est en cours…

 « La femme reste dans l’inconscient collectif diabolique, susuratrice, tentatrice. Et de là, on peut justifier que si la femme est une fitna (tentation), elle ne peut pas être à la tête d’un Etat, cheffe de famille, directrice d’une société… Et en plus, c’est une hystérique, n’oublions pas. Pourtant l’homme, n’est-il pas né d’une femme ? Oublierait-il que la femme est la source de son origine, de sa fitra [sa nature originelle, ndlr] ? Le viriarcat patriarcal porte le symptôme de la soumission et se rajoute à cela. Et certaines femmes s’en sont aussi imprégnées. Quid alors de Balqis, reine de Sabah, cheffe d’Etat mentionnée dans le Coran ? Quid de Khadija, cheffe d’entreprise et épouse du Prophète ? »

Tout cela va en contradiction avec les versets qui définissent la femme comme une source de rahma (miséricorde) et de sakina (tranquillité).

« Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. » [Coran sourate 30 Ar-Rum (Les Romains), verset 21]

 

Quel message auprès des représentants religieux en contact avec la population ?

 

« Il y a également un travail de terrain à mener. Je suis choquée quand j’entends certains responsables d’écoles dire : « pourquoi faire de l’éducation à la sexualité ? Il y a de la biologie et c’est suffisant ». Il y a un décalage entre la théorie et la pratique, entre les problématiques sexuelles et la jurisprudence. On en parle uniquement en termes de haram (illicite), halal (licite). La sexologie dérange, et sur le terrain, les réponses qui sont apportées sont hors-sol. »

De même, elle regrette le manque de sexologues musulman·e·s à la fois pour pouvoir décoder les codes, les rites, les croyances ancestrales des patient·e·s et faire le point de l’intérieur :

« Le travail de certaines cultures victimes de la colonisation doit se faire de l’intérieur. Car un autre reste soupçonné de colonisateur potentiel. »

Et que se passe-t-il lors des consultations ?

 

A la fin du livre, un message sur le répondeur… Une jeune femme de 20 ans qui a entendu les émissions de radio, aimerait, elle aussi, en savoir plus sur son intimité. Je suis curieuse de savoir ce qu’a donné ce rendez-vous.

 

Un conseil aux jeunes filles : « Ce fut un bol d’oxygène. Elle me rend optimiste. Il y a une nouvelle génération de femmes qui commencent à prendre conscience que c’est à elles de prendre en main leur devenir sexuel. ». La jeune fille lui dit : « Si ça ne vient pas de moi, d’autres vont s’en occuper. Je me rends compte que ma mère, ma grand-mère subissaient cette sexualité. Je veux autre chose, je ne veux pas subir, mais être actrice ». 

Nadia nous conseille de chercher, de lire sur internet, d’écouter des émissions de radio, qui nous parlent de notre féminité : « Est-ce que je connais tout de moi ? Comment suis-je constituée ? » (extrait : Les mystères du vagin). « On ne découvre pas son intimité et comment cela fonctionne par magie lors de sa nuit de noces. »

 

Un conseil pour les parents : « Lorsque les enfants sont petits, on leur apprend à nommer toutes les parties de leur corps (le nez, la bouche, les pieds…). Mais on laisse un espace vacant entre le nombril et les cuisses. A croire que cette partie-là n’existe pas. Commencer par la nommer permet déjà de l’apprivoiser et lui donner vie. »

Si on ne sait pas répondre aux questions sur la sexualité, elle nous conseille de ne pas les mettre de côté, mais d’être honnêtes : « Maman et Papa ne sont pas à l’aise pour te répondre à cette question maintenant, mais nous allons nous renseigner pour te répondre le mieux possible ». Puis il ne tient qu’à vous de revenir lui répondre une fois la surprise et le stress de cette fameuse question passée. Contrairement à ce qui pourrait être véhiculé, les enfants n’ont pas d’arrière-pensées… Les enfants ont envie et besoin de savoir « d’où ils viennent ». Nadia nous conseille un livre ludique à ce sujet, Les petits musulmans se posent aussi des questions sur la sexualité, d’Amira Nassi.

 

Crédit photo : Quelques mots de l’intime

 

Un conseil pour les couples : Que ce soit pour des manques de désir, des troubles de l’érection, un vaginisme, elle explique : « Dans le couple, on est 3 : toi, moi et nous. Le symptôme sexuel est toujours en lien avec le couple. La relation se passe à 2. Souvent, en première intention, une seule des deux personnes vient consulter. Mais pour le bien de la troisième entité, il sera nécessaire que la deuxième vienne. La question sexuelle doit être un intérêt conjugal. L’autre fait partie du problème. S’y intéresser à deux, c’est une relation gagnant/gagnant. »

 

Crédit Photo :  mllebride

 

La sexologue nous dit :

« Donner de soi n’est pas un acte anodin. Dieu évoque l’essence même de la sexualité, à savoir se connaître soi-même, se faire un don à soi, pour donner ensuite à l’autre, essayer de le rendre heureux·se, et obtenir ainsi sa reconnaissance. Et de quoi est-il question dans la sexualité, si ce n’est d’une co-naissance ? D’une naissance à deux ? »

Avec Nadia, la sexualité retrouve ses galons de noblesse et passe de tabou à sujet plein de richesses. Son livre exprime, au travers du Coran et de la Sunna (la vie de Muhammad, ndlr), une si belle façon de partager la relation sexuelle : un si beau cadeau de Dieu qui permet de relier, de permettre à deux êtres de se rejoindre… La sonnerie retentit, le·la prochain·e patient·e arrive. Je laisse ma place à d’autres qui auront la chance de la découvrir. Ou alors, est-ce elle qui nous aide à mieux nous découvrir ? La suite au prochain livre…

 

En attendant, Nadia El Bouga nous conseille quelques lectures :

Femmes désirantes, femmes désirées de Danièle Flaumenbaum
Les couples heureux ont leurs secrets de John Gottman
Le nouveau traité des caresses du Dr Leleu
Le kamasutra arabe de Malek Chebel

 

Pour plus d’informations sur Nadia El Bouga : http://www.nadiaelbouga.com/

 

Crédit photo à la une : Stéphanie GT

 

 

Diffuse la bonne parole