Search for content, post, videos

Jessica Kizilkilic : « tout le monde devrait pouvoir pratiquer du sport sans aucune restriction »

 

Lorsqu’elle a commencé à porter le hijab à l’adolescence, Jessica Kizilkilic a dû mettre de côté son style sportswear. A 33 ans, elle est aujourd’hui à la tête de sa propre marque : Mumine Activewear.

 

« Je me suis convertie à l’islam il y a 18 ans, j’en avais 15 ou 16. En même temps, j’ai commencé à porter le hijab. J’aimais m’habiller dans le style sportswear mais rapidement, j’ai dû abandonner ces vêtements : les t-shirts étaient trop courts pour moi, je ne trouvais rien d’assez couvrant ». Aujourd’hui mère de six enfants, la jeune belge originaire d’Anvers, a eu un déclic après ses grossesses : « j’avais besoin de me remettre au sport pour retrouver ma ligne mais je ne trouvais toujours pas de vêtements avec une longueur adéquate. Rien n’était compatible avec ma manière de porter le hijab ».

En 2015, Jessica créée Mumine Activewear, dont les collections sont temporaires, au fil des saisons. « Mumine vient de l’arabe Al Muminoon, qui signifie « croyants ». J’ai lancé la marque tout d’abord en visant une clientèle musulmane et je voulais un nom facilement reconnaissable pour elle. Mais, bien que nous portions un nom à consonance islamique, nos vêtements s’adressent en réalité aux femmes de tous horizons : nous sommes une marque inclusive. Nos vêtements peuvent être portés aussi bien par des Juives que des Catholiques ou toute autre femme qui veut se vêtir ce que j’appellerais « pudiquement » ».

D’après la jeune femme, les codes vestimentaires ont aujourd’hui une importance capitale dans nos sociétés. Un élément l’a particulièrement incitée à se lancer dans la mode sportive : « je me suis rendue compte que les femmes qui évoluaient dans le milieu du sport avaient des difficultés à y progresser, en partie à cause du dresscode imposé dans certaines activités. La plupart de celles qui préfèrent s’habiller pudiquement ou en se couvrant la tête, rencontrent des obstacles. Par exemple elles vont renoncer à participer à certaines activités sportives juste parce qu’elles ne trouvent pas de vêtements adaptés en terme de qualité sur l’actuel marché des vêtements de sport. J’ai voulu proposer une solution à ces personnes. Je crois que tout le monde devrait pouvoir pratiquer du sport sans aucune restriction, surtout vestimentaire. »

 

Ancienne collection, 2016. Crédit photo : Mumine Activewear

 

Permettre aux femmes de réaliser les performances dont elles sont capables

 

Les vêtements conçus par Mumine Activewear utilisent donc les mêmes technologies que ceux de grandes marques telles que Nike, Adidas ou Under Armour. « Les femmes voilées sont particulièrement désespérées de devoir superposer les couches pour être assez couvertes, mais aussi d’utiliser des tissus non adaptés à la chaleur ». Pour répondre à cette problématique, Jessica utilise des matériaux légers, respirants, qui sèchent rapidement et sont anti-bactériens : « pour enfin permettre à ces femmes de réaliser les performances dont elles sont capables ! ».

La jeune femme voyage à travers l’Europe pour trouver les matières les plus fonctionnelles et s’allie à de grands noms du domaine, comme Invista, Nylstar ou encore Dupont, réputés pour leur qualité. « Chez Mumine, chaque vêtement fabriqué et chaque tissu façonné raconte une histoire différente, parce que nous travaillons en partenariat avec des fabricants durables en Europe, assurons la durabilité de nos produits et nous engageons dans le commerce équitable. Chaque pièce est éthique et conçue dans nos ateliers à Anvers, en Belgique. Trouver la bonne usine de fabrication, ça a été ma plus grosse difficulté, c’est pourquoi la plupart de nos vêtements sont directement fabriqués par nos soins. »

Ces choix qualitatifs et éthiques ont impliqué beaucoup de travail : « C’était difficile de trouver les bonnes matières. Je voulais les meilleures et celles fabriquées en Europe sont vraiment chères ». Si aux Etats-Unis plusieurs enseignes sportswear pour femmes pudiques existent et connaissent du succès, Mumine a en revanche été la première marque européenne à s’être lancée : « C’est actuellement encore difficile de percer dans le marché européen, parce que les musulmanes européennes ne sont pas aussi sportives que les américaines, où le secteur est déjà bien développé ».

 

Ancienne collection, 2016 / Crédit photo : Mumine Activewear

 

Jessica porte son projet à bout de bras, convaincue que les femmes pudiques ne doivent pas renoncer à leurs activités préférées : « En tant que femmes qui aiment s’habiller pudiquement, nous savons toutes que se vêtir pour le sport est un vrai challenge ! Certaines s’abstiennent de faire du sport parce qu’elles ne trouvent pas comment s’habiller par temps chaud. Devoir supporter des couches de tissus non adaptées par des températures élevées, c’est du passé ».

Pour autant, les vêtements créés par Jessica s’inspirent totalement des vêtements de sport classiques : « le but ce n’est pas d’être différentes des autres femmes à la salle de sport. Nous voulons être exactement comme elles. Je fais juste attention à ce que les vêtements soient assez longs et pas trop serrés ».

 

Crédit photo à la une : Mumine Activewear

Diffuse la bonne parole