Search for content, post, videos

4 raisons pour lesquelles la loi de 2004 est antiféministe

Nous sommes en 1989 quand la première affaire sur le port du foulard à l’école est évoquée dans les médias. S’en suivront de nombreux cas similaires, dont la célèbre affaire « Alma et Lila Lévy » exclues en octobre 2003 du lycée Henri-Wallon à Aubervilliers pour port du voile. Interrogées sur leur refus d’ôter leur foulard à l’école, les deux jeunes filles répondent qu’elles en ont le droit puisque aucune loi ne s’y oppose. Commence alors un grand débat national sur cette question : doit-on interdire le port de signes religieux au sein des établissements scolaires ?

En s’intéressant au contexte dans lequel la Loi n°2004-228 du 15 mars 2004 a été votée, il était surprenant de voir à quel point l’avis des féministes médiatisées de l’époque s’est imposé de façon presque évidente. On lira dans le journal Libération : « Tolérer le foulard islamique […], c’est ouvrir la porte à ceux qui ont décidé, une fois pour toutes et sans discussion, de lui [la femme musulmane] faire plier l’échine […]. En autorisant de facto, le foulard islamique, symbole de la soumission féminine, vous donnez un blanc-seing aux pères et aux frères, c’est-à-dire au patriarcat le plus dur de toute la planète » - signé de Gaye Petek et Alain Seksig [1]. L’idée que le voile oppresse la femme musulmane, et que, de ce fait, il doit être combattu, l’emporte dans le débat et la loi est votée.

Pourtant, cette loi ne s’inscrit en aucun cas dans une dynamique féministe, bien au contraire ! En voici l’explication en quelques points :

 

1) Une loi qui nie la liberté de choix

 

La liberté des femmes à disposer de leurs corps comme elles l’entendent, sans contrainte, a été une des luttes principales des mouvements féministes historiques. Nous partageons ce combat : chacune devrait pouvoir choisir la manière dont elle s’habille et dont elle souhaite se présenter à autrui. Que ce soit un pantalon, une jupe, des cheveux bleus, ou un foulard, porter les vêtements de nos choix, c’est exercer sa liberté, s’affirmer et mettre en avant sa personnalité ; ce qu’on est. Retirer ce droit aux individus, c’est nier leur identité profonde et aller à l’encontre d’un fondement du combat féministe. Aujourd’hui, ce principe ne s’applique plus pour une partie de la population française.

Comment accepter que ce droit soit devenu illégitime pour les femmes musulmanes ?

 

Crédit photo : lappartementliving.com
 

2) Une loi paternaliste

 

Les jeunes filles portant le foulard à l’école ont été toutes représentées de manière unanime comme n’ayant pas le choix. Il fallait alors les sauver de leur père / frère / oncle / boulanger… Toute figure masculine l’entourant, oppressive et obscure. Ces femmes seraient ainsi particulièrement sujettes au sexisme et au patriarcat archaïque et violent de leurs pairs.

La République avait alors pour devoir de les protéger de cette menace en… leur interdisant le prétendu symbole de cette oppression : le foulard. Ainsi, sous un prétexte puant le paternalisme, l’État français a reproduit le schéma qu’il sous-entendait dénoncer. Tout ceci, en ne donnant que très peu la parole aux principales concernées bien sûr.

Quand on souhaite protéger quelqu’un, on a plutôt tendance à l’écouter et trouver des solutions qui ne lui restreignent pas ses libertés, non ? Cette privation de parole et l’invisibilisation de ces femmes est la preuve que cette loi n’était pas faite pour elles, loin de là.

Ce qui est fait pour nous, mais sans nous, est fait contre nous
Nelson Mandela

3) Une loi contre-productive

 

Si tant est que certaines jeunes filles soient bien obligées de porter le foulard, leur restreindre l’accès à l’école n’était pas l’idée la plus brillante du siècle.

En effet, si les seules options données sont : a) la liberté ou b) l’école ; certaines choisiront (ou se feront imposer ;)) d’autres options, comme les cours à domicile par exemple. L’école représentant tout de même un socle commun de connaissances et un lieu de sociabilisation, il est tragique d’imposer de tels obstacles à l’épanouissement scolaire.

 

Crédit photo : Newsnetz

 

4) Une loi aux lourdes conséquences

 

Aujourd’hui, enlever son foulard à l’entrée du collège ou du lycée peut sembler banal pour certain.e.s. Mais quelles sont les conséquences à long terme ? Au-delà de la blessure infligée à ces femmes, c’est l’insertion dans la société française qui devient difficile ensuite. Le voile étant tantôt perçu comme une provocation, tantôt comme un acte de soumission, le rejet se fait ressentir dès l’accès à l’emploi, et même aux loisirs.

Cette Loi est venue légaliser une discrimination absolument scandaleuse, excluant totalement certaines femmes de la société, sous de faux prétextes remplis de racisme, de sexisme et de conformisme.

Bien sûr, nous n’omettons pas l’idée également forte selon laquelle, au nom de la Laïcité - grande valeur salvatrice française – aucun signe religieux « ostentatoire » (nous reviendrons sur cette subtilité juridique) ne devait être présent dans l’enceinte scolaire. En attendant un prochain article sur le sujet, nous vous suggérons de regarder la vidéo de l’association Coexister, qui explique ce qu’est la Laïcité en 3 minutes.

 

 

[1] Delphy Christine, « Anti-sexisme ou antiracisme ? Un faux dilemme », Nouvelles Questions féministes, n°25, 2006, p59-83

Diffuse la bonne parole