Search for content, post, videos

Ramadan est fini – et maintenant, on fait quoi ?

Cela fait maintenant deux semaines que le mois de Ramadan est parti. Deux semaines que nous vous avons souhaité « Aïd moubarak », et que nous vous avons proposé de garder 8 bonnes habitudes prises pendant ce mois béni.
Et d’un point de vue spirituel ? Deux options s’offrent à nous : refermer cette parenthèse et retourner à nos habitudes en attendant le prochain Ramadan… ou poursuivre sur notre lancée pour progresser tout au long de l’année, et ainsi accueillir le prochain en étant meilleur·e·s que cette année.

 
Ramadan est véritablement un mois spécial dans l’année. Nous accentuons nos efforts pour repousser nos limites, améliorer notre comportement, et redoubler d’attention envers les nécessiteux. Le tout avec l’objectif de nous rapprocher de Dieu :

Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.

Sourate 2 (Al-Baqara, La vache), verset 183

 
De ce fait, je suis souvent déçue lorsque j’entends dire que la finalité du mois de Ramadan est de nous mettre à la place des plus démuni·e·s. Certes, cela fait partie des bienfaits et des enseignements de ce mois, mais cette explication me paraît réductrice. Il serait dommage de passer à côté de l’opportunité que représente Ramadan pour nous développer pendant les 11 autres mois de l’année…
 
 

Devenir une meilleure version de nous-mêmes

 
Contrairement aux idées reçues (que nous, musulman·e·s, contribuons malheureusement parfois à répandre), le jeûne du mois de Ramadan ne se limite pas à une privation de nourriture, de boisson et de relations sexuelles du lever au coucher du soleil. Il s’agit également d’un jeûne de tous nos sens et de tous nos organes, censés s’abstenir de tout comportement néfaste, à commencer par notre langue. Il est dit dans un hadith (parole ou acte du Prophète) rapporté par Abou Hourayra et authentifié par Cheikh Albani :

Il est possible qu’un jeûneur n’ait comme part de son jeûne que la faim et la soif.

 
Ce hadith fait référence à des personnes qui ne récolteront pas la récompense promise par Dieu aux jeûneurs·ses. Il est généralement mentionné pour rappeler l’interdiction du mensonge, de la médisance et des mauvaises paroles, qui nous privent de la récompense et du pardon divins que nous espérons obtenir pendant Ramadan.
 
Ce mois sacré représente donc une école, une forme d’entraînement pour travailler sur nos défauts et parfaire notre comportement.
 
 

Des facilités pour nous aider à progresser

 
Pendant Ramadan, nous sommes ainsi encouragé·e·s à revenir à l’essentiel, à méditer, à prendre conscience des bienfaits de Dieu, à renouer ou renforcer les liens de parenté, à prendre soin de nos parents, à soigner nos relations avec nos voisin·e·s, à partager de nos richesses avec les pauvres, les orphelins et les voyageurs, etc. Toutes ces choses sont bien sûr demandées par l’islam tout au long de l’année, mais pendant Ramadan, des circonstances particulières nous sont accordées afin de nous encourager et de nous faciliter la tâche.
 
Tout d’abord, nous sommes incité·e·s à agir par la promesse divine que les récompenses seront démultipliées pour chaque bonne action accomplie pendant ce mois béni. Durant les dix dernières nuits, et plus particulièrement les nuits impaires, les musulman·e·s redoublent de ferveur dans leurs prières et leurs aumônes, dans l’espoir que leurs efforts coïncideront avec la Nuit du destin, dont la valeur est supérieure à mille mois :

Nous l’avons certes fait descendre [le Coran] pendant la nuit d’Al-Qadr. Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr ? La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois.

Sourate 97 (Al-Qadr – La destinée), versets 1 à 3


Crédit photo : Michael Foley
 
Dans Sa Miséricorde, Dieu nous accorde aussi des facilités inégalées le reste de l’année. Dans un hadith rapporté par Abou Hourayra et relaté dans les Sahih de Bukhari et Muslim, le Prophète nous informe :

A l’arrivée du Ramadan, les portes du Paradis sont ouvertes, celles de l’Enfer fermées et les démons enchaînés.

 
Certes, même sans démons, nous avons toujours nos propres défauts à combattre – mais ces conditions créent un environnement propice à un « coup de boost » dans notre spiritualité et notre développement personnel.
 
 

Un tremplin pour continuer à cheminer le reste de l’année

 
En sachant tout cela, devons-nous penser que le Ramadan est un « one shot », une occasion unique où nous fournissons autant d’efforts… pour ensuite retourner à notre point de départ ? Les circonstances exceptionnelles qui caractérisent ce mois ne doivent pas nous faire perdre de vue que notre but est d’être épanoui·e·s dans notre relation à notre Créateur, et exemplaires dans notre comportement avec toutes Ses créatures – chaque jour de l’année.
 
Pendant un mois entier, nous nous sommes privé·e·s de nourriture. Nous avons lutté contre nos défauts. Nous avons développé notre générosité et notre empathie. Pourquoi laisser tomber tous ces efforts et retourner à la case départ, au lieu de voir ce mois comme un entraînement intensif, qui nous a permis de relever le niveau pour toute l’année à venir ? Un peu comme un cours nous permettant de passer à la classe supérieure… Sauf que j’ai parfois l’impression que nous fournissons beaucoup d’efforts pendant Ramadan pour nous élever spirituellement, et lorsque l’Aïd arrive, nous nous relâchons complètement, comme si notre quête spirituelle se limitait à un seul mois dans l’année. Il nous paraîtrait pourtant aberrant de travailler sans relâche pour avoir le poste de nos rêves, pour ensuite démissionner deux jours après l’avoir obtenu… Sans oublier que dans le Sahih Bukhari, le Prophète nous donne un précieux conseil dans notre cheminement :

L’action la plus aimée de Dieu est l’action la plus régulière et la plus constante, même si elle est petite.

 
Autrement dit, il est important d’avancer pas à pas, au lieu de nous épuiser dans un sprint religieux, jusqu’au point où la fin du Ramadan est parfois vécue comme un soulagement. Essayons plutôt de considérer cette période comme l’occasion de nous défaire de nos mauvaises habitudes et d’adopter celles que nous voudrions maintenir tout le reste de l’année. Ce mois, par ses circonstances particulières, son atmosphère de ferveur et la solidarité qui y règne, est le contexte idéal pour nous dépasser et avancer vers le prochain niveau de notre développement personnel et spirituel. Résister aux choses illicites et nuisibles pour nous et pour les autres paraît plus abordable, lorsque nous avons réussi à renoncer à des choses licites simplement par amour pour Dieu.
 
Par ailleurs, les théories actuelles de développement personnel soulignent souvent qu’il faudrait 21 à 30 jours pour adopter une nouvelle habitude – le mois de Ramadan est donc l’occasion rêvée de le faire. Il faut toutefois un peu plus de temps (au minimum 2 mois) pour que cette habitude soit ancrée et devienne automatique. A nous, donc, de poursuivre nos efforts et de profiter de ce nouveau départ que nous avons tou-te-s pris en jeûnant, en apprenant à nous contrôler et en purifiant nos âmes des désirs de ce bas-monde.
 
Faisons en sorte que Ramadan ne soit pas la fin de la course, mais un tremplin pour évoluer toute l’année et être encore meilleur-e au moment d’accueillir le prochain, si Dieu nous accorde cette faveur…
 
 

Image à la une : mosquée Nasir al-Mulk à Shiraz, en Iran – Crédit Women SenseTour – in Muslim Countries

Diffuse la bonne parole