Search for content, post, videos

Le mariage vu par 3 artistes musulmanes

L'amour est une grande question universelle. Le chercher - ou pas, le trouver, s'engager, faire durer le couple... La communauté musulmane n'échappe pas à ces difficultés, ce serait trop bôôô !

 
Ce qui rassure quand on est confronté·e à ce genre de questionnements, c'est de les partager et de découvrir d’autres témoignages. En complément des discussions entre ami·e·s et des lectures très sérieuses telles que les forums (#àlancienne) ou les commentaires dans les innombrables groupes Facebook dédiés au sujet, il est intéressant aussi d’aller voir comment les artistes ont souhaité s’exprimer sur la question.
 
Voici trois artistes d'origines diverses qui ont traité le sujet du mariage à travers trois techniques d’arts visuels afin d’ouvrir le débat sur les différentes situations dans lesquelles les femmes musulmanes peuvent se retrouver lorsqu’il s’agit du mariage.
 

La période de célibat

 
Zeina Iaali enseigne les arts visuels dans un collège en Australie et est également membre d’une association promouvant la pratique artistique pour les réfugié·e·s.
Issue d’une famille libanaise musulmane, elle explique comment le mariage a pu être considéré par sa famille comme le but ultime d’une vie. L’expression « compléter la moitié de sa religion » par le mariage aurait pu la pousser à mettre de côté toutes autres actions et projets qu’elle a pu mener par elle-même. Cette phrase, prise au premier degré par une partie des musulman·e·s selon l’artiste, affirmerait que toute personne célibataire n’est pas à même de s’épanouir spirituellement.
Elle a donc choisi de représenter un moulage de ses deux mains en position de prière et d’en « arracher » l’annulaire. L’effet est puissant, violent et libérateur !
 

Crédit photo : Zeina Iaali

 
Cette perception selon laquelle une personne, et surtout une femme, qui n’est pas « casée » n’a pas totalement « réussi » sa vie, est évidemment loin de se limiter aux sociétés musulmanes. On considère ainsi qu’une personne célibataire manque d’amour, ne peut être heureuse alors que l’amour ne se limite pas à sa dimension « amoureuse », de couple, mais englobe bien d’autres aspects : amical, spirituel, familial, etc. De plus, dans l’immense majorité des sociétés patriarcales, une femme qui n’est pas en couple et qui n’a pas d’enfants ne remplit pas la fonction sociale qui lui est assignée : celle de procréatrice. En France, au-delà des expressions un peu dépassées telles que « vieille fille », on aura souvent tendance à plaindre une femme qui n’est pas en couple au-delà d’un certain âge, à estimer qu’une femme sans mari et sans enfant très impliquée dans sa vie professionnelle, sociale ou associative, « comble un manque ». Et si elle revendique ce choix, c’est qu’elle « regrettera ce choix plus tard », qu’elle est simplement et purement égoïste – comme si elle n’avait pas rempli sa dette envers la société ou qu’elle n’avait pas de valeur par elle-même.
 

La cérémonie de mariage

 
Américano-pakistanaise de 24 ans, Saher Sohail, connue sous le nom décalé de « The Pakistani Martha Stewart » a débuté sur internet, Tumblr, Instagram, Facebook, plateformes sur lesquelles on peut retrouver ses coups de gueule et ses mèmes 100% desi (nom donné à la subculture de la diaspora de l’Asie du Sud).
Elle dépeint sans fausse pudeur le quotidien des jeunes femmes du sous-continent indien.
Réaliste, très pop et coloré, son projet est de proposer plus de « contenus auxquels les jeunes adultes pourraient s’identifier ».
Elle a donc décidé de transformer son stress, sa colère, ses sentiments en créations artistiques. Elle a aussi décidé d’en rire et de nous faire rire par la même occasion.
La question du couple et du mariage est un sujet de prédilection chez l’artiste. Ici, elle montre à quel point, même lors du jour du mariage, la mariée est prise d’assaut par les recommandations maternelles et celles des « aunty », les tantes.
 

Crédit photo : Saher Sohail - The Pakistani Martha Stewart

 

La vie maritale

 
Avec sa série « Domestic Life / Like every day » réalisée en 2002, Shadafarin Ghadirian, photographe iranienne née en 1974 à Téhéran, présente ses interrogations sur la fonction domestique assignée aux femmes musulmanes. Ces questions se posent un peu partout à travers le monde et les cultures, où les femmes s’occupent toujours majoritairement des tâches domestiques et de l’organisation du foyer (voir par exemple l’excellente BD d’Emma sur la charge mentale). L’artiste explique qu’elle a bénéficié d’une enfance privilégiée à l’abri des tâches domestiques. Cependant, lors de son mariage, elle finit par découvrir les joies de son nouveau statut : épouse et femme de ménage… (#vivelecélibat?)
 

Crédit photo : Shadafarin Ghadirian

 
Loin d'épuiser la thématique, ces trois exemples apportent leur lot de réponses ou de questions et peuvent également inspirer d'autres artistes débutant·e·s ou confirmé·e·s à prendre la parole.
 
Chez Lallab, nous sommes curieux·ses de voir d'autres exemples, avec si possible de belles histoires aussi (faites-nous rêver). N'hésitez pas à partager vos créations ou celles qui vous touchent, ou tout simplement votre avis sur la question !
 

Crédit image à la une : Neezhom photographic

Diffuse la bonne parole