Search for content, post, videos

Lallab apporte son soutien à Asma Lamrabet

 

Lallab a appris avec regret que la chercheuse féministe musulmane Asma Lamrabet a dû démissionner de son poste de directrice du Centre d’Etudes et de Recherches Féminines en Islam (CERFI), au sein de la Rabita Mohammedia des Oulémas du Maroc.

Auteure de nombreux ouvrages, dont Femmes et hommes dans le Coran : quelle égalité ? et Le Coran et les femmes : une lecture de libération, elle mène depuis des années un travail salutaire pour démontrer que les droits des femmes sont ancrés dans les sources scripturaires de l’islam.

Sa démission intervient dans le contexte d’une campagne de cyberharcèlement, d’insultes et de menaces dont elle est victime suite à ses positions sur la compatibilité de l’égalité dans l’héritage avec les principes coraniques. Nous lui apportons tout notre soutien et nous condamnons fermement ces tentatives pour la réduire au silence.

Pour rappel, Asma Lamrabet invite à une recontextualisation de cette question afin de tenir compte des objectifs de justice visés par les versets coraniques. En effet, la femme reçoit certes une demi part d’héritage mais elle en dispose librement, tandis que l’homme reçoit une part entière mais doit l’utiliser pour prendre en charge l’intégralité de la famille, et notamment les membres féminins dont il a la tutelle. Toutefois, dans le contexte actuel où 30% des foyers marocains sont pris en charge par des femmes seules, cette répartition ne permet plus de garantir la sécurité financière des femmes et de répondre à la visée coranique de justice sociale. C’est pourquoi Asma Lamrabet ainsi que d’autres intellectuel·les et activistes marocain·es invitent à réformer la règle successorale du ta’sib dans le droit marocain, pour tenir compte de ces évolutions des réalités sociales dans les familles musulmanes.

 

En mai dernier a été publié un ouvrage collectif intitulé L’héritage des femmes, dirigé par Siam Benchekroun, dans lequel Asma Lamrabet et d’autres expert·es (théologien·nes, juristes, sociologues) partagent leurs études, réflexions et analyses sur cette problématique de l’héritage au Maroc. Une pétition a également été lancée en ce sens pour appeler à l’abrogation de l’héritage par ta’sib au Maroc.

Nous saluons le travail d’Asma Lamrabet et des autres féministes musulmanes qui  revendiquent les valeurs d’égalité, de dignité et de justice qui fondent l’islam, et s’attèlent à déconstruire les lectures patriarcales qui portent atteinte à ces principes éthiques. La campagne de diabolisation et de menaces dont elle est victime rappelle une nouvelle fois les multiples oppressions auxquelles les femmes musulmanes doivent faire face, et les moyens intolérables employés pour les écarter des débats. Féministe de la troisième voie, Asma Lamrabet représente un modèle et une véritable inspiration pour les nouvelles générations. Lallab lui réitère tout son soutien, à elle et à toutes les femmes qui luttent pour défendre leurs droits et se réapproprier leurs narrations.

 

Voir le portrait que nous lui consacrions : http://www.lallab.org/asma-lamrabet/

 

Diffuse la bonne parole