Search for content, post, videos

[Communiqué] Élections présidentielles : nous sommes ensemble et nous ne lâcherons rien !

Depuis la création de Lallab en 2016, nous travaillons et nous nous organisons afin de construire cette force collective et solidaire de femmes musulmanes et de leurs allié.es qui œuvrent pour la justice sociale et l’égalité. La diversité de nos Lallas, nos bénévoles, et les réalités vécues se reflètent dans nos actions et façonnent les narrations et les activités que nous produisons. Derrière Lallab se tiennent des femmes musulmanes qui ont fait face toute leur vie à une société qui n’a su produire sur elles, et contre elles, que des narrations violentes et stéréotypées. Derrière chaque Lalla se cache l’histoire d’au moins une frustration, une humiliation, une porte fermée, une voix éteinte.
 
Face à cela, et depuis 6 ans, nous avons créé un environnement pour renouer les liens de solidarité brisés par la société, nous avons produit des narrations réalistes et plurielles sur nos vécus en tant que femmes musulmanes, nous avons participé à la création et la mise en place de politiques réellement inclusives.
 
Les derniers quinquennats ont été sources de violences considérables pour nos droits fondamentaux. Les tribunes successives que nous avons rédigées pour apporter notre soutien et notre amour aux musulman.es et pour dénoncer l’islamophobie, le classisme, le racisme et le sexisme, dont nous étions les cibles, en témoignent. Elles sont la preuve de l’acharnement islamophobe, voire de la destruction organisée, qui se met en place contre les musulman.es et contre quoi nous oeuvrons collectivement. Plus que jamais ces dernières années, l’urgence d’agir et de placer nos ressources, notre solidarité, notre foi, nos croyances, religieuses ou non, nos valeurs au cœur de nos actions s’est faite ressentir.
 
Depuis de nombreuses années, nous, femmes musulmanes, et plus largement personnes musulmanes, devons sans cesse négocier notre place et notre humanité dans la société. Nos voix, nos expériences, nos réalités et nos luttes ont trop souvent été insultées, méprisées, arrêtées. Elles ont été littéralement dissoutes.
 
Débats sur le foulard des femmes musulmanes, sur nos corps, nos croyances, insultes à nos pratiques, appels à la délation, dissolutions d’associations qui défendent nos droits, fermetures de structures académiques musulmanes, de mosquées, cyberharcèlement, mépris des institutions publiques à qui nous demandons des subventions,… Le sabotage institutionnel et le harcèlement politique que nous avons vécus, que nous vivons à présent, ne feront que s’amplifier, qu’importe les résultats de demain soir.
 
Comment faire face lorsque nous nous sentons acculés ? Aujourd’hui à la veille du second tour, notre engagement chez Lallab s’enracine de manière plus forte, notre résistance devient plus puissante. Elle se nourrit de cette certitude, de notre foi et des histoires et vécus de femmes formidables dans le sillage desquelles nous nous inscrivons : Khadija, Nana Asma’u, bell hooks, le collectif “Las tesis”, Linda Sarsour, Maya Angelou, Djamila Boupacha, Angela Davis, Djamila Bouhired, Hawa Abdi, les gouvernantes et femmes de chambre de l’hôtel Ibis-Batignolles, Aminata Dramane Traoré… Si l’histoire des luttes sociales nous montre que c’est grâce à la puissance collective qu’avance la justice sociale, l’Histoire nous offre aussi des exemples inspirants en la matière.
 
Des femmes qui, hier comme aujourd’hui, ont cette force de croire en leur propre humanité et en leur capacité à lutter pour le bien commun et la justice sociale malgré les violences institutionnelles auxquelles elles ont dû faire face. Par leurs actions, elles ont eu l’audace d’imaginer d’autres alternatives, d’élargir nos champs des possibles et nous permettre de rêver à des futurs plus désirables.
 
En ces derniers jours de Ramadan, notre résistance puise aussi sa source dans les réponses trouvées par le Prophète (sws). Tout d’abord, la volonté de créer et de renforcer les liens entre les croyants et les croyantes, mais aussi de construire progressivement des alliances. Le Prophète (sws) a également toujours cherché à développer le leadership, les capacités d’agir des membres de sa communauté et en premier lieu de celles et ceux qui ont embrassé son message. C’est en développant les capacités d’agir des femmes musulmanes que nous développerons notre puissance collective, qui deviendra une force réelle de changement. Nous espérons à notre tour continuer à lutter, à nous organiser collectivement, à inspirer les générations suivantes pour des victoires encore plus flamboyantes !
 
En cette période de doutes, de peurs, d’anxiété aggravée, nous envoyons tout notre amour et témoignons de toute notre solidarité aux femmes musulmanes, aux musulmans et à toutes les communautés opprimées et marginalisées par le pouvoir. Il ne peut y avoir de changement social sans passage à l’acte. Croire aujourd’hui en des principes forts de justice sociale et de solidarité n’a rien d’abstrait, cela implique d’agir pour la mise en œuvre de changements concrets qui permettront de transformer au quotidien la vie de toutes les femmes, sans oublier personne.
 
En ce qui concerne le vote de demain, nous vous demandons : pas une seule voix, jamais, ne doit être donnée à l’extrême-droite. Il en va de notre survie. Quelle que soit l’issue, nous savons aussi que nous devrons continuer à faire pression et à développer nos actions féministes et antiracistes afin de nous organiser collectivement pour une société plus juste pour tous et toutes.
 
Nos luttes sont un héritage que nous portons. Nous sommes ensemble et nous ne lâcherons rien.
 
 
 

Crédit photo : Dalal Tamri pour Lallab

Diffuse la bonne parole