Search for content, post, videos

Pourquoi Lallab a participé à la marche féministe du 11 mars

A l’initiative de Femmes en Lutte 93 et du groupe FEMMES de la Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers – CSP93, la manifestation de ce samedi 11 mars à Saint-Denis Basilique se préparait depuis déjà quelques semaines pour marcher au nom des droits des femmes et des minorités de genre.

 
Si le 8 mars se tenait déjà une marche à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous avons décidé de ne pas y participer, refusant de défiler aux côtés de femmes et d’hommes qui, le reste de l’année, légitiment des discours politiques et militants excluant les femmes marginalisées, les femmes issues de minorités ! Nous ne pouvions en aucun cas légitimer de tels discours par notre présence.
Chez Lallab, notre féminisme est inclusif et prend en compte la pluralité des femmes qui composent notre société !

La marche du 11 mars donnait la parole à celles que l’on entend trop peu ! Intersectionnelle, populaire, festive et alternative, elle a permis aux premières concernées de s’exprimer, de faire entendre leurs voix dans un cadre bienveillant. « Musulmanes, on reprend la parole ! » : tels sont les mots qui animaient l’ambiance survoltée dans les rangs des bénévoles de Lallab.
L’émotion était palpable. Notre première marche était celle de la sororité. Ensemble, bien que différentes, nous luttions contre le sexisme auquel, en tant que femmes, nous faisons face tous les jours, mais également contre le racisme qui nous violente, nous comme nos proches, au quotidien. Il s’agissait de la première marche où nous pouvions nous revendiquer en harmonie avec nos multiples convictions et identités, pour réclamer nos droits en terme d’égalité et de respect.
 
Lallab Manifestation féministe 11 mars 2

Crédit photo : Elodie Sempere pour Lallab

 

« Préparez-vous à nous entendre ! »

 
Sur la place de la Basilique Saint-Denis, toutes les associations signataires se sont retrouvées en avance, histoire d’organiser le service d’ordre, de faire les premiers discours motivants pour donner le ton :

Nos corps et nos vies sont devenus les champs de bataille d’une vague réactionnaire, nationaliste et capitaliste, à laquelle nous allons opposer une autre vague, une vague révolutionnaire !
Nous nous retrouvons au premier plan de la remise en cause des droits fondamentaux.
Violences d’Etat, violences économiques, violences sexuelles, violences domestiques : nous sommes les premières en tant que femmes et minorités de genre à trinquer. Au quotidien, nous subissons les soupçons lancés lorsque nous prenons la parole pour dénoncer nos agressions. Parfois même au sein des associations militantes, la violence est utilisée pour intimider les femmes et s’opposer à leur prise de responsabilité.

Lallab Manifestation féministe 11 mars 3

Crédit photo : Elodie Sempere pour Lallab

 
Ce fut aussi et surtout le moment de partager avec des collectifs et associations que nous n’avions pas (encore) eu le temps de connaître, de faire des photos pour immortaliser les nouvelles amitiés et soutiens alliés.
Notre banderole aux couleurs de l’association, faite la veille avec amour par nos bénévoles, a eu un succès fou ! En même temps, impossible de la louper avec sa couleur tournesol… Les différent.e.s militant.e.s venaient alors nous voir afin d’en savoir davantage sur notre organisation. Répondre à toutes ces questions fut un réel plaisir, mais aussi une grande fierté !
 

« Femmes musulmanes, WonderWomen »

 
15h30 sonne l’heure du départ ! Dans le cortège, plus de 500 personnes étaient prêtes à scander leurs droits, prêtes à faire entendre leurs voix ! A cela s’ajoutent le soleil et la bonne humeur… Autant vous dire que chez Lallab, on ne tenait plus en place ! Alors lorsque l’on nous propose un mégaphone pour nos chants et slogans, c’est un peu un hashtag qui se réalise pour nous : #NosVoixNosRécits parce que #SoyonsCréatricesDeNosRécits !
 
Lallab Manifestation féministe 11 mars 4

Crédit photo : Elodie Sempere pour Lallab

 
 
Trop d’énergie. On chante, on invente

So so so, solidarité, avec les femmes, du monde entier !

On se fait écho entre associations, de l’empowerment à l’état pur.

Et la rue, elle est à qui ? Elle est à nous… !

ON N’A PLUS DE VOIX

Nous sommes fortes, nous sommes fières, et féministes et racisé.e.s, solidaires et en colère !

 

« Si ton féminisme n’est pas inclusif, pour qui est-il ? »

 
Notre parcours est aussi ponctué d’arrêts symboliques et forts en émotions dans certaines rues de Saint-Denis pour rendre hommage aux victimes de logements insalubres et aux personnes non relogées, via des slogans partagés.
 
Lallab Manifestation féministe 11 mars 5

Crédit photo : Elodie Sempere pour Lallab

 
Ces minutes de silence sont intenses, de nouvelles personnes en profitent pour rejoindre le cortège, touchées par l’acte de solidarité que cela représente.
La bienveillance est au rendez-vous, klaxons de voitures pour nous motiver, sourires assumés des voisins qui nous observent de leurs fenêtres, passant.e.s qui s’arrêtent pour nous féliciter et souligner que notre combat est juste et nécessaire. Leur joie est communicative, chez Lallab, on prend fièrement le temps de répondre aux différentes questions, d’échanger des sourires et parfois même des rires, malgré les voix cassées qui s’obstinent à chanter, ou plutôt à imiter Dark Vador, disons…
 
Lallab Manifestation féministe 11 mars darth vador
 
De fait, notre féminisme intersectionnel, ou féminisme inclusif, est ce qui nous permet de nous tenir dans la rue ce 11 mars, au croisement de plusieurs combats qui nous tiennent à cœur. Fièr.es de nos idéaux, fièr.e.s de nos multiples identités, mais surtout combatif.ve.s pour obtenir une égalité stricte et sans demi-teinte. Cette manifestation est un moyen d’affirmation collective, nous nous approprions cet espace d’initiative citoyenne qu’est la rue, en tant que femmes, en tant que musulmanes pointées du doigt, en tant que minorités discriminées.
L’égalité femmes – hommes est une chose pour laquelle nous nous mobilisons au quotidien. Pour autant, notre présence à Saint-Denis est aussi symbolique du fait que nous ne nous reconnaissons pas dans ce féminisme mainstream qui cherche à nous dicter comment l’on doit penser, comment l’on doit s’habiller !
Notre auto-détermination passe par notre affirmation en tant que femmes : nous ne sommes pas de petites choses fragiles qu’il faut accompagner. Nous nous libérerons nous-mêmes, comme nos aînées nous le rappellent régulièrement. L’égalité, pour être totale, passe donc aussi par une égalité entre les femmes, et nous serons intransigeantes quant à notre liberté absolue de choisir les chemins de nos émancipations.
 

« Tendrement Badass »

 
La marche touche à sa fin, la boucle nous reconduit au point de départ sur la place de la Basilique. C’est le temps des remerciements, des discours, des bisous.
Attika, trésorière de Lallab, plus motivée que jamais, ouvre la valse des discours, sous les applaudissements de tout.e.s.

Nous étions fières de marcher hier aux côtés de nombreuses femmes pour ce combat qui est le nôtre : celui de nos droits, celui de nos choix, celui de nos voix !
Nous, femmes musulmanes, femmes racisées, femmes marginalisées, femmes des minorités, sommes réduites à un silence paradoxal : on parle trop souvent de nous, sans jamais nous donner la parole !
Aujourd’hui, nous unissons nos voix pour lutter contre les oppressions sexistes, mais aussi contre les oppressions racistes. Ces deux combats sont indissociables et font partie de nos identités. Si nos voix s’élèvent aujourd’hui, c’est pour permettre à toutes les femmes de se reconnaître dans la lutte pour les égalités femmes – hommes, mais également pour l’égalité entre les femmes.
Notre lutte ne s’achèvera que le jour où les femmes ne seront plus jugées, discriminées ou violentées en raison de leur genre, de leur physique, de leur orientation sexuelle, mais aussi de leurs origines et de leurs convictions religieuses. La liberté des femmes reste fictive tant que certaines sont oppressées, discriminées et/ou surveillées !

Simple et efficace. Direct et inspiré.
Enfin, ça c’est la version retranscrite et propre du discours, en vrai, on a la vidéo, et c’était des applaudissements à chaque demi-phrase pour appuyer et ponctuer ce en quoi nous nous reconnaissions tou.te.s en cet instant.
Parce que la force de Lallab, c’est de mettre des mots sur des réalités, sur nos réalités, c’est le faire avec force sans jamais baisser les bras.
 

 

« Votre ignorance n’excuse pas votre violence »

 
Au final, si l’on doit bien retenir une chose de cette journée, c’est qu’elle était belle, oh oui, elle était BELLE !
Ce qui ressort aussi, c’est un concept qui nous est très cher : la sororité.
Comme nous l’ont confié des manifestant.e.s : « Oui, cette marche était vraiment représentative de la richesse du féminisme intersectionnel, tel qu’il devrait être en tout temps, en tout lieu. C’était beau de se retrouver pour crier nos droits, nos libertés, nos résiliences et notre sororité ».
 
Lallab Manifestation féministe 11 mars 6

Crédit photo : Elodie Sempere pour Lallab

 
De manière générale, c’était de l’amour en barre, du bonheur à perte de vue, et un horizon militant qui s’offre à nous ! Laissons le mot de la fin aux Femmes en lutte 93, les organisatrices de cette manifestation :

C’est avec un plaisir intense que nous regardons les images de cette manifestation populaire multiculturelle, vivante et créative ! Près de 500 personnes ont occupé l’espace. Des associations de femmes et des minorités de genre subissant des oppressions diverses ont marché ensemble hier : sexisme, lesbophobie, transphobie, islamophobie, racisme, exploitation, violences policières, violences quotidiennes économiques, administratives et mépris de classe… Toutes ces personnes ont montré qu’elles n’étaient ni victimes ni invisibles ! Ensemble nous sommes sorti.e.s de l’ombre pour vivre libres et avons formé cette vague féministe de rage et de fierté !

Diffuse la bonne parole