Search for content, post, videos

[Communiqué] Agression sexiste et islamophobe au Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté : notre soutien aux victimes est total

Ces derniers jours ont été extrêmement douloureux pour nous, membres de Lallab.
Nous avons assisté, atterrées, abattues et horrifiées, à l’épisode tragique de cette mère, qui porte le voile, et qui s’est retrouvée prise à partie et agressée par un élu du Rassemblement National (RN) au sein du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté où elle accompagnait la classe de son fils lors d’une sortie scolaire. Nous avons vu ces images d’un petit garçon qui a fondu en larmes dans les bras de sa maman, traumatisé et touché par les violences qui la visaient.

Avant toute chose, nous apportons tout notre soutien à cette mère, à son fils et à leur famille. Vous avez tout notre amour ! Nous sommes terriblement admiratives de sa force et de la tendresse avec laquelle elle a protégé son fils alors qu’elle était victime d’attaques si violentes. Nous sommes solidaires, unies et nous n’oublions pas !

Nous sommes également reconnaissantes de voir que nous, femmes musulmanes, continuons de participer bénévolement aux sorties scolaires. C’est grâce à la dévotion de ces mères que tous les enfants peuvent profiter de sorties. Et ce malgré les violences et les humiliations que nous vivons au quotidien et qui ont des conséquences lourdes sur nos vies, sur nos corps et nos santés mentales, ainsi que sur celles de nos familles et de nos enfants.

Si – une fois n’est pas coutume – des élus et la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations Marlène Schiappa ont témoigné leur soutien à l’égard de cette mère de famille agressée, nous ne sommes pas dupes. Nous avons vraiment le sentiment que cette condamnation a été faite uniquement parce que l’agresseur était d’extrême droite.

Car où se trouvaient ces élu.e.s de gauche comme de droite pour dénoncer le projet de lois de ségrégation visant à exclure les mères voilées du milieu scolaire ? Où se trouvaient ces élu.e.s lorsque des partis politiques (comme la France Insoumise) débattent encore du droit ou non d’être islamophobe ? Où se trouvaient ces élu.e.s lors de la retransmission irresponsable des discours de haine d’Eric Zemmour qui appelle à la guerre civile contre les musulman.e.s, sur une chaîne d’info continue (Cnews) ? Où se trouvaient ces élu.e.s pour dénoncer les mensonges islamophobes de Blanquer sur la déscolarisation des petites filles ? Où se trouvent ces élu.e.s, aujourd’hui, pour dénoncer l’incitation à la délation des enfants supposé.e.s musulman.e.s qui refusent de tenir la main à leur camarade du sexe opposé ? Où se trouvent ces élu.e.s, qui demandent aux universités de dénoncer leurs étudiant.e.s musulman.e.s ? Où sont-ils enfin quand le Ministre de l’intérieur Christophe Castaner appelle à la délation contre l’ensemble des musulmans pratiquants sous prétexte de lutte contre la radicalisation et le terrorisme, entretenant un amalgame lourd de conséquences pour ses citoyen.ne.s ?

Nous ne sommes donc pas crédules face aux politiques qui dénoncent à demi-mots le Rassemblement National (RN) mais qui oublient soudainement qu’ils ont eux-mêmes alimenté cette ligne de pensée islamophobe et participé au harcèlement médiatique et politique des femmes musulmanes qui portent le voile. Et ne nous y trompons pas, si cet évènement a été médiatisé, combien de mères vivent dans l’ombre cette même humiliation alimentée par un discours islamophobe ambiant ?

Cet énième épisode raciste et sexiste qui vise les femmes musulmanes nous effraie terriblement et pose de réelles questions sur l’avenir de ce pays ! Vers quelle société avançons-nous ? Celle où des enfants sont les témoins impuissants d’une humiliation qui vise leurs parents ? Celle où le moindre soupçon à leurs égards les fragilisera et les rabaissera ? Celle où ils auront toujours le sentiment d’être rejeté.e.s pour ce qu’ils et elles sont ?

A Lallab, nous dénonçons l’acharnement sexiste, raciste et islamophobe de la classe politique qui, avec la complicité des médias, contribue à banaliser un discours xénophobe visant les musulman·e·s. Nous ne voulons pas d’une société de vigilance qui n’est rien d’autre qu’une incitation à la délation raciale. Les « petits riens qui deviennent des grandes tragédies », comme le dit Macron, semblent surtout acter d’une « traque aux musulman·e·s » en les faisant passer pour des terroristes, et ce pour n’importe quel détail lié à leur pratique religieuse, lequel sera automatiquement jugé suspect.

Port de la barbe, pratique exacerbée lors du ramadan, refus de faire la bise, présence de la tabâa sur le front, refus de tenir la main à une fille à l’école, autant d’éléments plus invraisemblables les uns que les autres mais qui seraient des signes de radicalisation pour nos politiques. Ces discours alimentent une paranoïa collective sur les musulman·e·s et témoignent avant tout de l’ignorance abyssale de notre gouvernement sur les questions de lutte contre le terrorisme et la radicalisation. Aujourd’hui, des innocent.e.s paient déjà le lourd tribut de cette politique de la délation : discrimination à l’embauche, licenciements, mises au placard, discriminations à l’éducation, à l’accès aux loisirs, voire pire, agressions, et tentatives de meurtre.

Ce climat de surveillance stigmatise une partie de notre population, une fois de plus érigée en bouc-émissaire, et se développe à une vitesse inattendue. Nous voyons en France mais aussi à l’étranger les conséquences d’une islamophobie exacerbée : un million de musulman.e.s interné.e.s dans des camps de concentration pour Ouïghour.e.s en Chine, le muslim ban aux États Unis, le génocide des Rohingyas en Birmanie, la perte de nationalité des musulman.e.s en Inde, la persécution des musulman.e.s en Centrafrique, en Ouzbékistan, l’attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande… La montée du terrorisme d’extrême droite islamophobe nous montrent que ce climat délétère a des conséquences dramatiques, qui nous terrifient.

Nous demandons aujourd’hui que des mesures fortes soient prises par les politiques et la justice contre l’islamophobie en France. Nous leur demandons de condamner l’agression que cette mère et son fils ont vécue et de sanctionner Julien Odoul, qui a enfreint les règles et créé un trouble à l’ordre public. Nous en appelons aussi à la responsabilité des médias, qui participent à nourrir ce climat de terreur. Nous leur demandons de ne pas donner de tribune à des multi-récidivistes de la haine raciale, de ne pas alimenter le racisme et le sexisme à l’endroit des musulman·e·s et d’assumer le rôle qu’ils entretiennent dans le développement de ce climat nauséabond.
 
Les Lallas
 
 

Crédit photo : CCIF

Diffuse la bonne parole